Nouvelles

2018 commence dans la douleur

2018 commence dans la douleur

le Handball, Nationale de handball

2018 commence dans la douleur

Les sept buts de Flavie Lequerré n’étaient pas assez.

(Photo cor., Florian Delage)

Grand Poitiers : 24 St-Grégoire, Rennes : 30 nous Nous attendions à une bataille féroce dans ce duel de haut de tableau. C’était en effet le cas tout au long de cette rencontre finalement remportée par les visiteurs pour une période de soixante minutes.
Dans ce match à enjeu, la pression est importante et les deux équipes d’aller coup pour coup dans le début du premier semestre. Avec beaucoup d’engagement physique au cours de l’ensemble de la période, aucune des deux parties ne parvient pas à se détacher (5-5 dans le 12ème, 8-8 dans le 20e) en dépit d’une double exclusion simultanément la visite de mal gérés par Poitiers. Après trente minutes de jeu, enfin c’est les joueurs rennaises qui sont en face d’un petit but (11-12).
À l’arrière de la salle de casier, le discours de Sylvain Lequerre semble avoir fait son effet et le local sont un surplus d’énergie. Des Solutions offensives et défensives sont trouvés et le Poitou gérer de mener de deux buts pour la première fois du match (15-13, 35e) face aux Rennaises qui a mis quelques minutes pour s’adapter au nouveau rythme du jeu et de la tactique des changements qui leur sont imposées par le Poitou.
Rassaby blessé en raison de la blessure de la Pictavienne Karine Rassaby à la 42e minute, Grand Poitiers marque un léger temps d’arrêt. Par ce match, ainsi qu’une diminution de la physique en raison de l’absence de rotation et la blessure récente, les locaux sont peu à peu dépassé dans les duels et dans le déclin de la défensive. Ce passage à vide à l’avantage des Rennaises à la défense impénétrable. Ils creusent un écart de quatre buts que l’Pictaviennes ne sera jamais en mesure de combler.
Tout en un sursaut d’orgueil des locaux leur permet même un léger espoir de retour (22-24, 53e), le Breton ne se laissent pas faire et prendre le large avec quelques contre-attaques rapides. La fin de la rencontre est douloureux pour la Pictave qui ne pouvaient pas trouver une solution pour combler une lacune dans le score est devenue trop importante.
Au coup de sifflet final, les Rennaises se trouver un chef de file avec leur solide victoire combinée à la défaite de Vierzon dans le Cognac.

Post Comment