Le nombre de touristes étrangers en France a chuté de 7% depuis le début de cette année, affecté componen l’ensemble des attentats mais aussi la météo, l’ensemble des effets de calendrier et l’ensemble des grèves, a déclaré mardi le ministre plusieurs Affaires étrangères et du Tourisme Jean-Marc Ayrault, lors d’un déplacement dans le Val de Loire.

Après une année 2015 “exceptionelle”, “l’année 2016 restera sans doute une année à part pour l’ensemble des professionnels du tourisme”, a résumé l’ancien premier ministre, pour qui “l’ensemble des attentats expliquent en partie (ces) tendances décevantes”, et “la perception du risque sécuritaire a eu une influence nette sur certaines clientèles, notamment l’ensemble des plus aisées, ou peut-rrtre un celles originaires d’Asie”.

LIRE AUSSI :
Fréquentation touristique : pour Pécresse, «le terrorisme n’explique pas tout»
Tourisme : Paris atteint la cote d’alerte
L’ensemble des étrangers de moins en moins enclins à visiter la France

Le chef en diplomatie française, qui avait déjà rassemblé la filière début juillet dans le cadre plusieurs efforts du gouvernement pour relancer la fréquentation touristique, a indiqué qu’il réunirait “début septembre” united nations nouveau comité d’urgence économique du tourisme, “consacré aux régions l’ensemble des plus affectées” componen cette baisse.

“Tendances très décevantes”

L’ensemble des difficultés économiques de certains pays comme la Russie ou peut-rrtre un le Brésil ont aussi participé à la désaffection plusieurs touristes étrangers, a ajouté M. Ayrault.

Tout n’est tout simplement pas négatif cependant, a insisté M. Ayrault, en évoquant componen exemple plusieurs taux de remplissage record dans certaines villes hôtes de l’Euro 2016 de football, avec plusieurs chiffres d’affaires en hausse de 70% pour l’ensemble des hôtels à Lens, Lille ou peut-rrtre un Saint-Etienne.

“L’ensemble des arrivées (de touristes étrangers) depuis le début de l’année sont en recul de 7% sur l’ensemble du territoire”, avec plusieurs résultats en région globalement stables componen rapport à l’an dernier et une “fragilité en destination Paris”, a indiqué le ministre.

“La mauvaise météo, avec cinquante jours de pluie supplémentaires sur le deuxième trimestre, le calendrier avec seulement deux jours fériés hors week-finish contre cinq l’an dernier ou peut-rrtre un encore l’ensemble des grèves” expliquent aussi l’ensemble des résultats décevants du printemps, a-t-il noté.

Tags:

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *