Il en veterans administration en désindustrialisation en France comme en cause humaine du dérèglement climatique. Étude après étude, le doute n’est plus permis sur sa réalité. Pis, l’ensemble des chiffres que nous publions du cabinet Trendeo, qui scrute l’évolution du nombre plusieurs usines en France, montrent que le tissu productif du pays continue de s’effilocher sans interruption ou peut-rrtre un presque depuis 2009 et la propagation en crise mondiale. Compilées sur l’ensemble des durées respectives plusieurs mandats de Nicolas Sarkozy et de François Hollande, l’ensemble des données font apparaître une véritable hécatombe, que l’action du président socialiste ces quatre dernières années n’a pas freinée. De l’été 2012 au printemps 2016, 887 sites industriels ont fermé leurs portes en France, contre 609 inaugurés durant la même période, soit une perte nette de 278 usines. Sur une période united nations peu plus courte – trois ans et demi –, de début 2009 à la mi-2012, le bilan du prédécesseur de Hollande à l’Élysée s’élevait à 329 usines de moins. Une érosion au rythme comparable si l’on excepte la terrible année 2009 et boy printemps meurtrier. Autant dire, dans ce contexte, que l’ensemble des Alstom montés de Belfort et d’autres sites du groupe au siège de l’entreprise, hier, à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) pour sauver l’usine franc-comtoise en réclamant d’autres choix industriels s’engagent dans une lutte dont l’enjeu est politique au sens noble. Lire la suite

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *