Alors que la rentrée universitaire est de nouveau synonyme d’amphis surchargés, que certains élèves sont assis dans l’ensemble des travées ou peut-rrtre un restent debout faute de places, diffuser boy cours en direct peut se révéler une solution. « Pour l’instant, mon amphi est toujours aussi bondé », reconnaît toutefois Bruno Dondero. De quoi rassurer l’ensemble des professeurs qui craignent que ce genre d’alternative conduise à faire cours devant plusieurs gradins vides. « Il y a toujours une sorte de sacralisation du cours en amphi », souligne l’enseignant.

La diffusion en temps réel nécessite tout de même de bien maîtriser boy cours. Impossible, effectivement, comme pour united nations MOOC (Massive Open Web Based Classes – « cours sur internet ouvert à tous »), de s’arrêter et de reprendre là où l’on s’est trompé ou peut-rrtre un si l’on a simplement bafouillé. « Ça n’a pas changé ma manière de faire mon cours. Je ne bride pas ma pensée. Tout ce que je dis en amphi peut-être entendu, même l’ensemble des petites blagues que je fais parfois à mes étudiants », affirme le professeur.

Mathilde, elle, était bien présente dans l’ensemble des travées de l’amphithéâtre, mais elle n’a pas compris united nations point du cours et ses notes ne sont pas très claires. Loin d’être pris de panique, Paul a tout simplement allumé boy ordinateur, s’est connecté sur le compte Facebook de Bruno Dondero et a pu y suivre en direct le cours de ce professeur spécialiste du droit plusieurs affaires. Mathilde, de boy côté, s’est dit qu’elle le visionnerait dès qu’elle aurait united nations moment.

Il s’agit-là d’étudiants fictifs, mais ce cours magistral a, lui, bel et bien été retransmis en direct sur le réseau social. C’est même la bonne idée en rentrée. Pas besoin d’un matériel très sophistiqué : l’investissement se borne à l’achat d’un trépied et il suffit d’un smartphone pour filmer. « J’ai toujours trouvé absurde que le cours magistral ne soit pas enregistré », explique Bruno Dondero, tout en reconnaissant qu’il y a encore deux ans « pouvoir s’enregistrer et transmettre en direct sans qu’il y ait de coupures, ce n’était pas possible ».

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *