Avant leur première heure de cours, hier matin, plusieurs centaines de lycéens et d’étudiants tourangeaux ont décidé de prolonger le mouvement de protestation au projet de « loi El Khomri », entamé la veille. L’idée de donner une suite à la manifestation de mercredi avait été lancée à l’issue du défilé, à la fac plusieurs Tanneurs (lire page 9).

La détermination plusieurs étudiants a fait tache d’huile, hier matin, dans plusieurs lycées en ville. A Paul-Louis-Courier service, une tentative de blocus était vite refrénée componen l’intervention en police. Mais à Balzac et à Grandmont, plusieurs opérations de filtrage ont été organisées dès 8 h. L’ensemble des grilles d’accès étaient bloquées avec plusieurs poubelles à Balzac et united nations filtrage était opéré à Grandmont. « L’action de blocage n’était pas annoncée, elle s’est décidée dans la soirée d’hier. J’ai demandé aux représentants plusieurs élèves de laisser passer ceux qui souhaitaient aller en cours et ceux qui avaient plusieurs examens. C’est ce qui s’est produit », confiait Gilles Zadem, le proviseur de Grandmont.
A 11 h, une cinquantaine d’élèves maintenait le filtrage au portail du lycée. United nations lycéen, dressé sur une poubelle, interpellait ses camarades : « Soit on bloque vraiment l’accès, soit on s’en va ! » La décision était prise de lever le camp. Plusieurs bus Fil bleu ont été requis pour assurer le transfert en toute sécurité plusieurs lycéens vers le center-ville. Place en préfecture, plusieurs centaines de lycéens affluaient, rejoints componen l’ensemble des étudiants. Le défilé s’est alors élancé, atteignant rapidement 1.500 jeunes. En passant rue en Préfecture, plusieurs élèves parvenaient à relever la grille d’entrée du lycée Descartes. Ils ont pénétré dans le hall d’accueil avant d’être invités componen la direction à faire demi-tour.
L’ensemble des manifestants ont remonté la rue Buffon jusqu’à la place Jean-Jaurès pour united nations sit-in devant l’hôtel de ville. Puis ils ont filé à la gare SNCF, qu’ils ont occupée pendant united nations quart d’heure. La dernière étape était fixée à la place Anatole-France, après une tentative ratée de pénétrer dans le center de congrès Vinci où se tiennent l’ensemble des Assises du journalisme.
L’heure du déjeuner signait la levée plusieurs blocus dans l’ensemble des lycées touchés. Hier soir, plusieurs élèves du lycée Grandmont n’écartaient pas l’éventualité de poursuivre le mouvement ce vendredi.

L’appel, mercredi midi, à poursuivre le mouvement contre la loi El Khomri a été entendu componen 1.500 étudiants et lycéens de Tours, qui ont défilé hier matin.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *