Dans boy rapport publié début février 2015, l’ensemble des enquêteurs russes en charge de l’affaire ont affirmé que ces hommes, au nombre de cinq, avaient reçu, en septembre 2014, près de 200.000 euros pour effectuer cet assassinat. Componen ailleurs, le Comité d’enquête a aussi “totalement exclue” la piste islamiste.

45 plusieurs 59 jurés qui se sont présentés à la Cour – sur united nations total de 5.000 invites envoyées – ont refusé d’être impliqués dans cette affaire, certains en raison “de motifs religieux”, d’autres pour “raisons personnelles”. Pour Vadim Prokhorov, l’ancien avocat de Boris Nemtsov, autant de refus est “suspect”. “Il me semble que l’ensemble des gens ont tout simplement peur de celui qui a ordonné ce crime”, a-t-il ajouté à l’agence Interfax .

Mais l’ensemble des raisons de l’assassinat vont longtemps rester floues. Si certains disent que Boris Nemtsov s’apprêtait à révéler united nations rapport compromettant sur la guerre en Ukraine , d’autres vont jusqu’à évoquer la piste islamiste étant donné qu’il a affirmé boy soutien à Charlie Hebdo après l’ensemble des attentats de Paris en janvier 2015. Puis, plusieurs hommes vont être arrêtés en mars 2015.

“Le tribunal a satisfait notre requête qu’ils soient jugés componen united nations jury d’assises”, déclarait fin juillet Chamsoudine Tsakaïev, l’avocat plusieurs meurtriers présumés de l’opposant politique Boris Nemtsov à l’issue d’une deuxième audience préliminaire à huis clos. Mercredi, le jury devait être sélectionné, mais le tribunal militaire moscovite a été incapable de le former.

Au tout-puissant président, il reproche notamment sa politique en Tchétchénie, ses dépenses excessives, et la corruption régnante. Le natif de Sotchi avait dénoncé la corruption dans l’organisation plusieurs Jeux Olympiques d’hiver de 2014 estimant que 60% plusieurs 36 milliards d’euros destinés au chantier olympique avaient été détournés. En 2012, il avait notamment pris la tête, avec le blogueur Alexeï Navalny, plusieurs grandes manifestations à Moscou dénonçant plusieurs irrégularités lors plusieurs élections législatives russes.

Parmi ces suspects, plusieurs auraient était plusieurs anciens soldats d’une unité d’élite loyale – le bataillon “Sever” – à Ramzan Kadyrov, qui a été placé à la tête en Tchétchénie componen Vladimir Poutine lui-même en 2007. Dans cette affaire, il n’a jamais été inquiété, ni même interrogé malgré l’ensemble des demandes incessantes en famille de Boris Nemtsov.

Tags:

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *