Le stratagème, une double facturation. Fin mars, Franck Attal dit avoir été convoqué au siège de l’UMP componen Jérôme Lavrilleux, le directeur adjoint en campagne. Il lui aurait dit : « On a united nations plafond dans l’ensemble des comptes de campagne et on ne veterans administration pas pouvoir continuer comme ça. […] Vous allez nous déplacer la facturation. […] Vous nous livrez plusieurs conferences dans l’ensemble des formats habituels, et il y a une partie en facturation liée au meeting qui veterans administration être facturée à l’UMP et du coup, ça nous permettra de tenir la ligne de campagne », aurait dit Jérôme Lavrilleux. « J’ai une sensation qui me dit “tu es piégé” », explique Franck Attal face caméra. Une double comptabilité aurait été alors mise en place entre l’ensemble des comptes en campagne présidentielle et ceux de l’UMP. Cette version est cependant contestée componen Jérôme Lavrilleux, qui affirme que la double facturation aurait été décidée le 6 mai, au soir du deuxième tour en présidentielle.

Ce que dit Nicolas Sarkozy. L’ancien candidat a affirmé à la justice ne pas connaître Franck Attal. Ni avoir entendu parler en société Bygmalion pendant la campagne. Sollicités componen l’ensemble des équipes d’Envoyé spécial, ni Nicolas Sarkozy ni boy entourage n’ont accepté de répondre à leurs questions. Le parquet de Paris a requis le renvoi en correctionnelle de Nicolas Sarkozy et de treize autres mis en examen pour financement illégal de sa campagne de 2012. Les juges d’instruction décideront début octobre s’ils renvoient, ou peut-rrtre un non, Nicolas Sarkozy devant united nations tribunal correctionnel.

Exclu #EnvoyeSpecial Le document comptable qui montre que la fraude a démarré dès le 29 mars 2012 en plein milieu en campagne #Bygmalion pic.twitter.com/CUZzV7jcLl

Plusieurs fausses conventions de l’UMP pour payer Bygmalion. Selon l’ensemble des factures qu’a conservées Franck Attal sur une clef USB, plusieurs conferences de campagne de Nicolas Sarkozy à 700.000 euros n’auraient coûté, sur le papier, que 100.000 euros. Au total, 18 millions d’euros de fausses factures auraient été soumis à l’UMP afin de payer la campagne présidentielle. La société se serait ensuite fait rembourser componen le parti de droite en facturant de fausses réunions. D’autres factures soumises à l’UMP, pour plusieurs tee-t shirts, plusieurs billets de train, du maquillage, auraient été componen ailleurs oubliées. »

Tags:

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *