Dans cette affaire Bygmalion, l’ancien président est suspecté d’avoir dépassé le plafond plusieurs dépenses électorales autorisé, d’avoir “omis de respecter l’ensemble des formalités d’établissement du compte de campagne” et d’avoir “fait état, dans le compte de campagne ou peut-rrtre un dans ses annexes, d’éléments comptables sciemment minorés”

Mais d’éventuels recours de procédure sont toujours susceptibles de rallonger l’ensemble des délais. 

Nicolas Sarkozy n’est tout simplement pas mis en cause pour avoir eu connaissance de cette fraude. Mais il a été mis en examen le 16 février pour financement illégal de sa campagne, soupçonné d’avoir engagé plusieurs dépenses supplémentaires en réclamant de nouveaux conferences, alors qu’il ne pouvait ignorer que boy budget allait franchir la ligne rouge. Le candidat avait été destinataire de notes plusieurs experts-comptables l’alertant sur ce risque. Selon l’ensemble des enquêteurs, il était donc forcément au courant du dérapage plusieurs comptes.

Le parquet de Paris a requis ce lundi le renvoi en correctionnelle plusieurs mis en examen de l’affaire Bygmalion, dont Nicolas Sarkozy. 

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *