Rien qu’à la pressure plusieurs brazier, sans clou ni colle, Roger Hérisset tresse l’osier patiemment, à Rannée en Île-et-Vilaine. Chaque panier représente trois heures de travail. Ces gestes, ils sont gravés dans sa mémoire, c’est boy père qui l’ensemble des lui a transmis. L’art en vannerie se transmet de père en fils et cela dure depuis six générations. Au fil de boy histoire, la famille a même inventé ses propres méthodes de tressage.

Plusieurs secrets conservés bien au frais

L’ensemble des secrets plusieurs Hérisset sont conservés bien au frais, au grenier. Plusieurs bottes d’osier de toutes l’ensemble des tailles sèchent pendant six mois pour prendre une teinte plus ou peut-rrtre un moins foncée. Désormais, c’est Jean-Claude Hérisset qui tient l’ensemble des rênes de l’entreprise familiale et lui aussi a ajouté sa petite touche personnelle. Pour assouplir l’osier et pour pouvoir le travailler, il le fait bouillir sous ces bûches de bois, c’est ce qu’il appelle le chaudron magique. L’ensemble des Hérisset sont parmi l’ensemble des 150 derniers vanniers en France. Grâce aux efforts en famille Hérisset, la vannerie bretonne vient d’être officiellement inscrite au patrimoine culturel français.

A lire aussi

Sujets associés

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *