Il était 16 heures lundi, lorsqu’ils ont ceinturé l’adolescente qui s’apprêtait à sauter du pont qui enjambe le cours du Neuvième-de-Ligne.

C‘est ce qui s’appelle être au bon endroit au bon moment. Deux Agenais ont, effectivement, empêché une jeune fille de 15 ans de commettre l’irréparable.

Cette histoire en rappelle une autre : en novembre dernier, Corentin, jeune lycéen de 17 ans à l’époque, avait lui aussi sauve in extremis une femme qui s’apprêtait à sauter, elle, en passerelle qui relie Agen au Passage.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *