Dans united nations communiqué de presse, le sénateur en Côte-d’Or, Alain Houpert, s’inquiète en création future de salles de cinéma au sein en cité en Gastronomie dijonnaise : ” Pompidou a eu boy Beaubourg, Mitterrand sa pyramide, Chirac boy musée : à défaut d’un destin national, François Rebsamen joue l’ensemble des présidents au petit pied en lançant sa Cité en Gastronomie, version locale plusieurs « Grands Travaux ».

Voir péricliter ses salles – une affaire familiale vieille d’un siècle héritée de boy père et dont elle assure désormais la vitalité grâce à une débauche d’énergie – c’est l’angoisse de leur propriétaire, Sylvie Massu. Le comble quand l’argument avancé componen l’ensemble des promoteurs en Cité en Gastronomie est de « rééquilibrer l’offre en center-ville » ! Ne serait-ce pas plutôt le prévisionnel de fréquentation du grand œuvre de François Rebsamen que l’on tente ainsi d’équilibrer ? On avance le chiffre de 500 000 spectateurs componen an quand le Darcy et l’Olympia revendiquent entre 420 000 et 430 000 spectateurs… où croyez-vous que ce chiffre de 500 000 entrées a donc bien pu être pioché ?

En fait de rééquilibrage, ce scénario cynique annonce plutôt une tragédie pour Dijon. Au nom de calculs politiciens sans le moindre fondement économique, le center-ville et l’ensemble des commerçants risquent de connaître une hémorragie de fréquentation… voilà pourquoi je soutiens l’action de Sylvie Massu, qui a décidé de se battre pour sauver une certaine idée d’une ville où il fait bon vivre, où le center-ville affiche boy dynamisme grâce à la présence d’une multitude de commerces indépendants et n’est plombé ni componen plusieurs monopoles ni componen la soif de grandeur d’une poignée d’élus. “

Soyons honnêtes : le projet en lui-même, connecté avec l’histoire et la mémoire de Dijon, est cohérent. Ce qui l’est nettement moins, c’est cette idée d’y inclure united nations cinéma généraliste de neuf salles (piloté componen Ciné Alpes qui exploite déjà le multiplexe de Cap Vert) et united nations cinéma d’art et d’essai de quatre salles pour l’Eldorado qui maintient néanmoins ses trois salles existantes… le tout à quelques centaines de mètres du center-ville qui en affiche déjà united nations nombre conséquent, à la limite du suréquipement : Dijon compte effectivement une place de cinéma pour 41 habitants, quand la moyenne nationale est à 58. Ce chiffre passerait à 34 si l’ensemble des salles prévues dans la Cité en Gastronomie ouvraient en conservant l’ensemble des équipements actuels.

Mais préserver l’existant est-il vraiment la préoccupation plusieurs promoteurs du projet ? On peut légitimement en douter : en privilégiant l’ensemble des propriétaires du ciné Cap Vert de Quétigny pour exploiter l’ensemble des salles en Cité en Gastronomie, on leur offre une position ultra-dominante sur l’offre cinématographique et la politique de tarification sur le territoire du Grand Dijon. Déjà le cinéma Devosge apparaît condamné. A terme ce sont l’ensemble des cinémas Olympia et Darcy et ses 19 emplois qui sont menacés.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *