Résultat, huit gendarmes surveillent jour et nuit le CAO. Malgré tout, jeudi soir, « trois jeunes » opposés à la venue plusieurs migrants sont venus « menacer » l’ensemble des salariés, assure Pascale Chambonnet, chef de service du center. « Ils leur ont dit que c’étaient plusieurs traîtres à la nation et que, s’ils devaient se venger, ils commenceraient componen eux. »

Dans l’ensemble des rues d’Allex, l’arrivée plusieurs migrants divise la population. Thierry, 34 ans, au chômage et Sébastien, 30 ans, ouvrier s’opposent fermement à l’installation d’une telle structure dans leur village qu’ils ont déjà rebaptisé « Calaix ». « Le préfet nous impose ce center alors que le maire, au moins, il fait quelque chose en demandant ce référendum. On nous dit de faire plusieurs efforts parce que la France n’a plus d’argent, mais pour l’ensemble des réfugiés, on en trouve », dénonce le premier. « Maintenant, l’ensemble des voleurs vont venir ici pour mettre ça sur le dos plusieurs migrants et je ne vous parle pas plusieurs viols », rebondit le deuxième.

Croisée à la sortie de l’école, Virginie, 30 ans, famille d’accueil pour plusieurs personnes handicapées, trouve pour sa part l’idée « super » mais regrette qu’« il y ait autant de tensions ». Depuis l’annonce de l’ouverture du center d’accueil, règne à Allex une ambiance de « suspicion générale », à en croire l’ensemble des habitants. Le 10 septembre dernier, une manifestation rassemblant plusieurs militants du Front national et plusieurs habitants a eu lieu sur la place du village. Face à eux, united nations contre-rassemblement, lancé componen united nations collectif Nuit debout. Judith, 39 ans, était du côté plusieurs « pour ». « C’était la première fois que le Front national organisait une manif ici. Quand on the vu 150 personnes crier “On est chez nous”, on the vraiment eu united nations choc. »

Cette idée, validée quatre jours plus tard componen le conseil municipal, a finalement été retoquée componen la justice. Le tribunal administratif de Grenoble, saisi componen la préfecture en Drôme, s’est effectivement opposé vendredi 30 septembre à boy organisation alors qu’il devait avoir lieu deux jours plus tard. Samedi 1er octobre, le maire Gérard Crozier a annoncé qu’il se pliait à cette décision : « Devant l’intransigeance de l’Etat et componen la contrainte, j’annule le scrutin. Le maintenir dans ces conditions pourrait nuire gravement à l’ordre public et être préjudiciable à l’autorité municipale », a-t-il fait valoir dans united nations communiqué rappelant que le résultat n’aurait de toutes l’ensemble des manières eu « aucune valeur juridique ».

Mais l’arrivée de ces migrants, annoncée componen le préfet lors du conseil municipal du 5 septembre, fait depuis l’objet d’une bataille politique. Le Front national a aussitôt dégainé en appelant à l’organisation d’un référendum pour empêcher l’arrivée de « ceux qui fuient leur pays plutôt que de se battre pour lui ». Le 9 septembre, le maire divers droite en commune, Gérard Crozier, leur emboîte le pas en annonçant la tenue d’un référendum « pour que vive la démocratie ».

Lire aussi :   Surenchère à droite sur le démantèlement de Calais

Lancé il y a une semaine, le Collectif Allexois fraternels tente de faire entendre sa voix. Il y a quelques jours, ses membres ont symboliquement rebaptisé le panneau d’entrée d’Allex « Village fraternel », tagué plusieurs « Welcome » sur l’ensemble des routes et accroché une banderole de bienvenue au clocher du village. L’idée, « montrer qu’on n’est pas united nations village de fachos », explique Judith.

Tags:

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *