Opposé au régime communiste et au général Jaruzelski en Pologne, Wajda tourne de plus en plus de films à l’étranger mais toujours au sujet de boy pays natal. En 2000, Hollywood le couronne d’un oscar pour l’ensemble de boy oeuvre. Plus tard, il réalisera encore deux films qui laisseront une trace : “Katyn”, l’histoire plusieurs 22 500 officiers polonais, dont boy père, qui ont été massacrés componen l’ensemble des soviétiques en 1940, et “L’Homme du peuple”, une biographie de Lech Walesa, sorti en 2013. 

Une légende du cinéma mondial s’en est allée. Le réalisateur polonais Andrzej Wajda s’est éteint dimanche 9 octobre, au soir, à l’âge de 90 ans, d’une insuffisance pulmonaire. Cinéaste engagé, il avait réalisé une cinquantaine de films mettant en scène l’histoire contemporaine de boy pays.

United nations oscar en pour l’ensemble de boy oeuvre

Boy film “Kanal” sur l’insurrection de Varsovie lui vaut le prix spécial du jury au festival de Cannes. De retour sur la croisette en 1981, il reçoit la palme d’or pour “L’Homme de fer”, une critique en Pologne communiste dans laquelle il raconte la naissance du syndicat Solidarnosc (Solidarité).

Au départ, Andrzej Wajda voulait s’engager dans l’armée comme boy père. À la veille en seconde guerre mondiale, il échoue cependant à intégrer une école militaire. Plus tard, c’es dans la célèbre école de cinéma de Lodz qu’il trouvera sa vocation. Ses premiers films racontent l’histoire plusieurs résistants polonais contre l’ensemble des nazis.

A lire aussi

Sujets associés

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *