Guillaume Cannat 
(pour être informé en parution de chaque nouvel article, suivez-moi sur Twitter, sur Facebook ou sur Google+)

Signaler ce contenu comme inapproprié


À lire également :
Dimanche 3 juillet – Les Enfants plusieurs étoiles (1/9)
Dimanche 10 juillet – Frère plusieurs buses et plusieurs milans (2/9)
Dimanche 17 juillet – Accélération cosmique (3/9)
Dimanche 24 juillet – Le gâchis en pollution lumineuse (4/9)
Dimanche 31 juillet – La Voie lactée à l’œil nu (5/9)
Dimanche 7 août – La Grande Ourse componen ma fenêtre (6/9)
Dimanche 14 août – L’ensemble des étoiles en Garet el Djenoun (7/9)

Cette sensation irrépressible avait pris peu à peu possession en part la plus primitive de mon être et m’intimait l’ordre de regagner le groupe et sa sécurité factice. Comme si l’étonnante splendeur de ce ciel tropical avait jeté à bas toutes mes défenses. Comme si, subjugué componen la profondeur étoilée qui me faisait face, j’avais laissé la porte ouverte à united nations sentiment d’appartenance au monde d’une telle intensité que la conscience de mon infinie petitesse avait favorisé l’expansion de cette crainte impérieuse  je n’étais rien, united nations rien stupéfié componen l’ensemble des étoiles et apeuré componen l’ensemble des bruits en nuit. Je rentrai.

Bientôt, pourtant, l’accumulation de bruits et de rumeurs inconnus dans le noir absolu qui m’enveloppait, ni plus ni moins menaçants qu’un instant auparavant, atteignit le seuil de ma conscience, y faisant naître united nations sentiment de crainte et de vulnérabilité qui repoussa ma contemplation plusieurs astres au second rang derrière l’urgente nécessité de me rapprocher plusieurs hommes.

Nous étions hébergés près d’une lagune de carte postale dans la région plusieurs tepuys, ces îles de verdure entourées de falaises abruptes de plusieurs centaines de mètres d’altitude qui dominent une plaine immense. Arrivés là dans united nations zinc digne de Tintin – united nations coucou d’avant la Seconde Guerre mondiale ! –, nous avions united nations peu l’impression d’avoir changé d’époque et de monde tant l’ensemble des villes grouillantes du Nord s’étaient éloignées de nous.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *