Vantant le Produced in France, proposant d’indexer 80% plusieurs marchés publics vers l’ensemble des PME et promettant united nations « Etat protecteur et fort », ainsi qu’un « redécollage économique » et une « réindustrialisation », sans en préciser davantage, Arnaud Montebourg a aussi annoncé qu’il entendait développer united nations « stratégie de confrontation pour une réforme radicale de l’Europe », sans sortir ni de l’Union européenne ni de l’euro.

Mesurant que le « scénario noir de l’élimination programmée » du candidat du PS dès le premier tour de l’élection présidentielle de 2017 pouvait être évité, et qu’il n’y avait « pas de fatalité (à voir) la droite et l’extrême droite au second tour », Montebourg s’est aussi dit « fidèle au discours du Bourget » prononcé componen François Hollande en 2012. « Plusieurs millions de français ont été déçus. Ils ne peuvent pas rester silencieux, la primaire est pour eux. »

Précisant accepter « toutes l’ensemble des règles de cette primaire », et donc se ranger derrière le vainqueur en cas de défaite, il a entre l’ensemble des lignes appelé l’ensemble des Français à se mobiliser pour battre d’emblée united nations François Hollande qui n’a toujours pas annoncé s’il allait être candidat. « Je lance united nations appel au peuple de gauche. Vous avez été déçu (componen ce quinquennat) ? Pourtant vous pouvez participer. Emparez-vous de cette primaire, elle vous appartient », a lancé Arnaud Montebourg.

En même manière que certains soutiens d’Alain Juppé appelle à voter pour le maire de Bordeaux à la primaire en droite, afin d’empêcher Nicolas Sarkozy d’être candidat à la présidentielle, Arnaud Montebourg a proposé de procéder en même manière en votant pour lui à la primaire du PS, cette fois-ci pour dire rapidement adieu à François Hollande. Reste à savoir si l’ensemble des Français se mobiliseront ou peut-rrtre un non pour ces deux échéances.

Arnaud Montebourg laissait planer le doute depuis boy discours de Frangy-en-Bresse, le 21 août dernier. En annonçant sa candidature à l’élection présidentielle de 2017, il n’avait pas précisé s’il comptait se présenter hors parti, ou peut-rrtre un bien en tant que candidat du PS, élu lors de primaire en Belle alliance populaire. C’est finalement cette option que l’ancien ministre de l’Economie a choisi, comme il l’a annoncé ce soir lors du journal télévisé de TF1.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *