Pour l’ensemble des besoins de l’étude, l’ensemble des chercheurs ont suivi 368 nourrissons qui présentaient une caractéristique génétique connue prédisposant à l’asthme : la variation de l’expression plusieurs gènes situés sur le chromosome 17, appelés 17q21. L’ensemble des enfants possédant ces variantes génétiques présentent united nations risque accru de développer une respiration sifflante, en particulier en cas d’exposition à d’autres facteurs environnementaux déclenchants comme l’ensemble des poussières, pollens, poils d’animaux, acariens, plusieurs polluants aériens, dont la pollution atmosphérique, la fumée du tabac. Certains aliments ou peut-rrtre un plusieurs additifs alimentaires, comme l’ensemble des sulfites peuvent aussi poser problème difficile certains médicaments (aspirine et autres médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens, bêtabloquants).

Ces travaux ont fait l’objet d’une présentation au congrès worldwide de l’European Respiratory system Society’s Worldwide qui se tient du 3 au 7 septembre à Londres.

D’après l’ensemble des résultats, durant la période d’allaitement, l’ensemble des enfants à génotypes de risque d’asthme présentaient united nations risque réduit de 27% de développer plusieurs symptômes respiratoires.

Pour consulter l’étude : http://world wide web.eurekalert.org/pub_releases/2016-09/elf-age090116.php

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *