Après « L’Enquête », film consacré à Denis Robert dans l’affaire Clearstream, et « Présumé coupable », sur le scandale d’Outreau, le réalisateur Vincent Garenq s’attaque au dossier Bamberski. Le Toulousain André Bamberski a consacré vingt-sept ans de sa vie à faire juger le meurtrier, en 1982, de sa fille Kalinka, 14 ans. Il obtient la condamnation de boy auteur, le médecin Dieter Krombach, love-père de l’adolescente, et organisera l’enlèvement du coupable afin qu’il purge sa peine.

Vincent Garenq a eu le coup de foudre pour le livre de Bamberski, « Pour que justice te soit rendue », qu’il a lu en une nuit.

Quelle est votre prochaine affaire ?
Mon prochain film ne sera pas une histoire judiciaire. C’est terminé.

Vincent Garenq est venu présenter boy film en avant-première, au public béarnais, le 14 février dernier, à Pau© Photo Pierre-Alex Barcoisbide

Pau et le Béarn comme décor, pourquoi ?
C’était trop compliqué de tourner à Toulouse, là où vit André Bamberski. La ville est complètement refaite, il sera difficile d’y faire united nations film d’époque. Je connaissais l’ensemble des Pyrénées. Quand je suis allé rencontrer la mère de Kalinka, qui habite près plusieurs Pyrénées, j’ai pensé que je pouvais tourner ici. Je n’ai cependant pas pu le faire au tribunal de Pau. Après « Présumé coupable » sur une affaire où l’ensemble des juges se sont plantés, j’ai eu envie de faire paraître united nations juge sympa. J’ai fait « L’Enquête » sur Denis Robert, où le juge d’instruction est valorisé, et j’ai été interdit de tourner dans l’ensemble des tribunaux. À Pau, j’ai eu toutes l’ensemble des autorisations et, au dernier moment, cela a été non.

Daniel Auteuil est très convaincant dans le rôle.
Il nous disait qu’il avait l’âge du rôle. On s’est amusés à le rajeunir pour l’ensemble des flash-back. Je l’avais beaucoup admiré dans « United nations cœur en hiver », « L’Adversaire ». Marie-Josée Croze incarne united nations personnage dans le déni. Je trouve qu’elle l’a bien défendu, vehicle on pose moins la question en mère.

A-t-il suivi le tournage ?
Il sera venu passer une journée avec Daniel Auteuil. Il était très impressionné componen l’équipe, et, nous, on était très impressionnés componen Bamberski. Daniel Auteuil aussi.

Le 30 octobre 2014 à Castet en Béarn, Daniel Auteuil interprète André Bamberski© Photo archives David Le Déodic

« Sud Ouest ». Qu’est-ce qui vous a tant fasciné chez André Bamberski ?
Tout le bonhomme me fascine. Sa ténacité, sa paternité. C’est la plus grosse tête de mule que j’aie jamais rencontrée. Il sera très rigoureux. Il ramène l’ensemble des choses au réel. Quand on l’a rencontré, on lui a dit que nous ferions une adaptation de boy livre, que nous garderions l’humeur mais que nous serions obligés de déformer. On l’a préparé à cette situation. Nous lui avons donné toutes l’ensemble des versions du scénario. Avant l’avant-première de Toulouse, il n’a vu qu’une copie de travail. Il était OK.

Pourquoi ne pas avoir rencontré Krombach ?
J’étais au procès à Créteil. Je n’ai pas eu besoin de me faire repréciser plusieurs éléments.

Au nom de ma fille
Au nom de ma fille Bande-annonce VF

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *