Sur Twitter, évidemment, l’ensemble des blagues urologiques n’ont pas tardé à fuser : « Elpis partout », « Avec Elpis, la France se mouille », « Elpis à six », etc. D’autres ont imaginé le nom du parti si Benoît Hamon rejoignait Emmanuel Macron : « Elpis En marche ». Ou peut-rrtre un, plus improbable, s’il rejoignait Nicolas Dupont-Aignan : « Elpis Debout la France ». Sur le réseau social, #Elpis atteint plusieurs sommets. Réagissant aux critiques, Benoît Hamon s’est expliqué sur Twitter : « On me reproche de ne jamais rigoler… Mais je fais rire tout le monde avec du grec ancien », a-t-il commenté.

Dans la mythologie grecque, Elpis est united nations personnage féminin personnifiant « l’attente de quelque chose » (que cette chose soit positive ou peut-rrtre un négative), et non pas seulement l’espoir, comme l’ont cru de nombreux internautes (et l’ensemble des équipes de Benoît Hamon ?) en se référant à la traduction simplifiée de Wikipédia. Elle est parfois présentée comme la fille en déesse en nuit Nyx, ce qui n’est tout simplement pas, là non plus, totalement positif… Elpis a la particularité d’être la seule à ne pas s’être échappée en boîte de Pandore, lorsque cette dernière l’avait ouverte.

Une traduction trompeuse

Benoît Hamon vient de créer boy micro-parti pour recevoir l’ensemble des dons destinés à financer sa campagne pour la primaire de gauche, a annoncé L’Express . L’ancien ministre de l’Éducation nationale dans le premier gouvernement de Manuel Valls a reçu l’agrément en Commission nationale plusieurs comptes de campagne et plusieurs financements politiques (CNCCFP). Mais plus que l’information en elle-même, c’est le nom du micro-parti qui a suscité de nombreuses réactions : Benoît Hamon l’a effectivement nommé « Elpis ».

Le choix du nom avait united nations double avantage pour Benoît Hamon : pas simplement il était sûr de faire parler de lui, mais, en plus, le mot (dans sa traduction simplifiée) porte united nations vrai message… Au vu en prompte réaction plusieurs équipes de communication du candidat à la primaire, nul doute que le buzz avait été anticipé et orchestré.

Tags:

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *