En contrepartie, l’ensemble des sept professionnels se sont engagés à s’implanter pour trois ans minimum et à exercer en secteur 1 (sans dépassement d’honoraires) en cabinet regroupé et de mener plusieurs actions de santé dans le quartier où l’ensemble des besoins sont réels. « Nous sommes à deux pas du quartier Saint-Blaise, le plus dense d’Europe mais aussi l’un de ceux où il y a le moins de médecins, souligne le praticien. Et notre objectif, c’est d’assurer united nations vrai suivi, de faire en médecine de famille. »

« L’ensemble des locaux sont grands et accueillants, le jeune médecin est très bien et, surtout, c’est juste en bas de chez moi ». Madina, 40 ans, et ses jumeaux de 14 mois font partie plusieurs (heureux) premiers patients du tout nouveau cabinet médical du 23, rue de Fontarabie (XXe), inauguré lundi dernier. Sa particularité : il a reçu le coup de pouce du dispositif Paris Med’, imaginé en 2015 componen la Ville pour encourager l’installation de jeunes généralistes conventionnés en secteur 1 dans l’ensemble des quartiers parisiens déficitaires.

Vendredi dernier, united nations deuxième cabinet estampillé Paris Med’ a été inauguré rue de Turenne (IIIe) où united nations médecin généraliste et trois pédiatres se sont installés dans plusieurs locaux du bailleur Paris Habitat à plusieurs loyers imbattables. Quatre autres cabinets suivront avant la fin de l’année dans l’ensemble des XVIIIe, XXe et XIe arrondissements. Et cinq nouveaux en 2017. « On the united nations objectif de 100 nouveaux professionnels de santé installés chaque année, souligne Bertrand Jomier. Et on abondera la ligne de crédit de 4 M€ voté en 2015 s’il le faut ». Trente-cinq quartiers parisiens, ciblés comme déficitaires componen l’agence régionale de santé (ARS), sont potentiellement concernés. Et notamment la totalité du nord-est en capitale (Xe, XIe, XVIIIe, XIXe et XXe). Depuis le lancement de Paris Med’ en 2015, quelque 200 professionnels ont contacté la cellule.

Après sept ans à assurer plusieurs remplacements à Paris et en petite couronne, David Azérad, 35 ans, et boy confrère Loïc Tirmarche ont décidé de sauter le pas l’an dernier. S’ils n’ont pas eu besoin en Ville pour trouver leurs locaux de 185 m2 dans le quartier Réunion (qu’ils partagent avec deux sages-femmes, deux infirmières et une orthophoniste), la cellule Paris Med’leur a néanmoins apporté plusieurs conseils juridiques et une aide de 60 000 €. « Cela ne nous a pas empêchés de devoir emprunter mais c’est une trésorerie qui nous aide à passer l’ensemble des premiers mois, le temps que l’ensemble des patients arrivent », note David Azérad.

United nations objectif de 100 installations componen an

Pour la Ville, il y avait urgence à créer united nations tel dispositif. « Paris compte pléthore d’hôpitaux et de spécialistes mais n’était plus du tout attractif pour l’ensemble des jeunes généralistes », reconnaît l’adjoint (EELV) à la Santé Bernard Jomier. United nations vrai problème lorsque l’on sait que près en moitié plusieurs 2 400 généralistes parisiens ont plus de 60 ans. Et que leur nombre pour 10 000 habitants est déjà au-dessous en moyenne nationale dans l’ensemble des Xe, XVe, XVIIIe, XIXe et XXe arrondissements. La mairie mobilise donc tous ses bailleurs sociaux pour leur trouver plusieurs locaux abordables. « Paris Med’ ne réglera pas le problème à lui seul, reconnaît l’élu. Mais le message que nous souhaitons faire passer aux professionnels c’est : si vous voulez vous installer à Paris, c’est possible ».

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *