Lundi 28 mars : départ en randonnée à 9 h 30 de l’espace Fontgrave, messe à 11 heures.

En fait, c’était la solution à une double problématique mêlant alimentation et économie.

Pour perpétuer la tradition, le lundi de Pâques, la commune organise une promenade pascale dans la campagne alentour. Cette balade d’une heure conduira le cortège à l’Église Saint Jean Baptiste pour la messe de l’agneau en présence d’une bergère et d’un berger. Puis l’apéritif, offert componen la municipalité, sera servi à la salle plusieurs fêtes.

C’est au niveau du repas qu’est la nouveauté. L’ensemble des participants pourront, comme d’habitude, apporter leur panier pique-nique ou peut-rrtre un déguster l’ensemble des produits en ferme de Beaupuy. L’apéritif, le fromage fermier, le dessert, le vin et le café seront offerts.

Estives et fourrages

De nombreuses propriétés viticoles du Bordelais accueillaient pour l’hiver plusieurs bergers. L’ensemble des troupeaux pacageaient dans l’ensemble des vignes et y apportaient leur fumure.

Cependant ses racines sont relativement anciennes. On peut alors parler de siècles. C’est une tradition que l’on doit aux bergers pyrénéens. Le sud-Gironde compte beaucoup de descendants de ces hommes qui n’hésitaient pas à quitter leurs montagnes Pyrénées pour s’exiler pendant plusieurs mois sur plusieurs terres plus hospitalières en hiver.

Aujourd’hui, une grande partie plusieurs éleveurs sont bi-actifs, vehicle l’ensemble des stations de ski sont de grosses pourvoyeuses de primary-d’œuvre. Ce qui était loin d’être le cas autrefois. À la fin de l’été, l’ensemble des hommes et leurs troupeaux quittaient l’ensemble des estives pour rejoindre l’ensemble des vallées.

Au fil plusieurs ans, la célébration de l’agneau pascal est devenue une tradition à part entière. S’il est difficile de dater avec exactitude ses débuts, la manifestation dans sa forme actuelle remonte à environ deux décennies.

Patrick Izaute

À la veille de leur départ, qui se situait aux alentours de Pâques, tradition oblige, l’ensemble des bergers offraient united nations agneau en remerciement de leur hébergement.

En toute convivialité

Seulement ils ne disposaient pas d’assez de fourrages pour tout l’hiver. Alors, ils poursuivaient leur transhumance quelques centaines de kilomètres plus au nord à la recherche de terres meilleures plus riches en nourriture pour l’ensemble des bêtes.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *