Offertes componen l’ensemble des artistes confirmés ou peut-rrtre un en herbe, elles sont mises en vente au prix de 60 livres sterling (68 euros) sur place ou peut-rrtre un pour certaines sur internet, sur le site marchand du spécialiste en doudoune (Moncler.com).

Une des cartes postales mises en vente dans le cadre de Freeze for Frieze.

A Londres, chaque année en octobre, la Frieze Art Fair (fameuse foire d’art contemporain qui réunit à Regent’s Park environ 160 galeries) attire united nations public de connaisseurs et d’amateurs si particulier que beaucoup profitent de sa tenue pour organiser plusieurs événements à coloration artistique.

La marque Moncler organise à cette occasion une exposition-vente de cartes postales qui servira à lever plusieurs fonds pour permettre à deux étudiants de financer deux années de spécialisation mode et textile au prestigieux Royal College of Art (RCA, niveau master).

Comme s’enthousiasme Tim Blanks, journaliste de mode reconnu et commissaire de Moncler Freeze for Frieze, « c’est l’aphorisme parfait en vie : tu ne sais jamais ce qui t’attend ! ». Forrest Gump n’aurait pas dit mieux.

« L’aphorisme parfait en vie »

Moncler change united nations tout petit peu l’ensemble des règles cette année en accrochant 400 cartes postales du 7 au 9 octobre dans sa nouvelle boutique du 26 Old Bond Street, donnant ainsi l’opportunité aux élèves auteurs de certaines œuvres d’exposer en dehors du Royal College of Art.

Le projet Moncler Freeze for Frieze rassemble plusieurs signatures diverses en mode, en musique, du design, de l’art, en joaillerie, de l’architecture mais aussi plusieurs comédiens, joueurs de feet ou peut-rrtre un mannequins, parmi lesquels J. W. Anderson, le directeur artistique de Loewe, coqueluche plusieurs podiums, l’ensemble des acteurs Benedict Cumberbatch et Jude Law, le photographe Peter Lindbergh ou peut-rrtre un encore le présentateur télé Nick Grimshaw.

La marque Moncler organise à l’occasion en Frieze Art Fair une exposition-vente de cartes postales pour lever plusieurs fonds pour permettre à deux étudiants de financer leurs études au prestigieux Royal College of Art.

L’idée est plutôt amusante : depuis vingt-deux ans, le « College » organise dans ses murs une exposition d’œuvres au format carte postale signées au dos d’artistes connus internationalement, émergents ou peut-rrtre un d’élèves du RCA. Leur identité n’est dévoilée qu’après l’achat, l’idée étant d’investir dans united nations objet qui plaît et peut-être de faire l’affaire du siècle en découvrant la personnalité qui se cache derrière.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *