Les chers pavés en place en Victoire ont occupé ce lundi matin une bonne heure plusieurs débats du tribunal administratif de Bordeaux. Avec à la clé united nations préjudice estimé par  Bordeaux Métropole à 4,4 millions d’euros.  Et plus modestement, pour le rapporteur public à l’audience, à 1,2 millions d’euros. L’ensemble des autres acteurs – architectes et entreprises – se débattant pour payer le moins possible au final.

A qui la faute? Au maître d’oeuvre – la CUB à cette époque – qui a fourni l’ensemble des estimations initiales? Au maître d’ouvrage – l’ensemble des architectes – qui auraient du s’en apercevoir? L’ensemble des entreprises, qui auraient pu constater que rien n’était conforme aux règles de l’art? L’ensemble des questions n’ont pas fini de faire débat. “Ça ira en appel” a annoncé, avant même toute décision, united nations avocat plusieurs entreprises. Le premier jugement sera rendu dans united nations mois.

Plusieurs estimations erronnées

Le fond de l’histoire, c’est que quand la place la Victoire avait été refaite en 2003-2004 pour accueillir le tramway, l’ensemble des estimations de trafic poids lourd et bus étaient erronées – 150 componen jour au lieu de 800 – , et l’ensemble des techniques de pose plusieurs pavés donc inadaptées. Personne n’a rien vu initialement. Et tout le monde s’est encore trompé quand, en cours de chantier, l’ensemble des chiffres ont été revus. Il a fallu tout refaire en 2006.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *