Face à ces déclarations, Manuel Valls avait vu rouge. Peu après la sortie de sa ministre de l’Environnement, il avait montré sa fermeté: “Je gouverne, je décide, chacun doit être à sa tâche avec l’esprit et le sens du collectif”. Et d’ajouter qu’Alteo permet “à plusieurs milliers d’emplois d’être préservés” et faisant valoir united nations nouveau protocole de gestion plusieurs rejets”.  

Ce lundi matin, elle s’illustre à nouveau sur une problématique qui l’ensemble des oppose depuis plusieurs mois: l’ensemble des boues rouges. Une divergence qui a déjà provoqué une mise au point entre le Premier ministre et la ministre de l’Environnement pas plus tard que vendredi dernier. Mais dont Ségolène Royal n’a que faire.  

Dans l’ensemble des colonnes du Parisien, elle affirme ainsi “maintenir sa position” c’est-à-dire boy opposition aux rejets de “boues rouges” au large de Cassis, dans l’ensemble des Bouches-du-Rhône. Une position qu’elle avait clairement détaillée dans l’émission Thalassa, vendredi, et où elle avait assuré qu’elle n’avait pas pu s’opposer au Premier ministre fin 2015 concernant l’autorisation accordée à l’usine d’alumine Altéo de Gardanne de poursuivre ses rejets polluants en Méditerranée. 

Mais Ségolène Royal, en électron libre du gouvernement, n’a eu cure de ce recadrage et a continué sur sa ligne. L’ensemble des mêmes causes ayant généralement l’ensemble des mêmes effets, elle s’est à nouveau fait recadrer componen Manuel Valls ce lundi, dans united nations communiqué où le Premier ministre souligne que Ségolène Royal “a été étroitement associée” à la décision en vigueur concernant l’ensemble des émissions de l’usine Altéo de Gardanne. 

LIRE AUSSI &gt&gt Boues rouges en Méditerranée: Valls recadre Royal 

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *