Comment a évolué le commerce brestois dans le sillage du tramway ? C’est l’enjeu du dernier Observatoire socio-économique du tramway, publié componen l’Adeupa. Verdict : le tram n’a pas (encore ?) permis d’endiguer le déclin du commerce de center-ville. Mais s’il n’est tout simplement pas seul en cause, il a également contribué à redonner united nations dynamisme à certains secteurs, notamment au quartier de l’Europe.

3. Strasbourg et Europe l’ensemble des gagnants
La mise en service du tramway, et la construction du Parc de Strasbourg, a, componen contre, coïncidé avec une redynamisation en place de Strasbourg où se sont installés supérette, boulangerie, coiffeur… « Après la place en Liberté, c’est la seconde station la plus fréquentée en terme de montées et descentes du tramway, ce qui explique ce nouvel essor », note Nadine Le Hir. Mais le grand gagnant est sans conteste le secteur Menez-Paul-Europe, avec united nations gain de 26 locaux commerciaux et 105 emplois. Dans le sillage de l’opération de renouvellement urbain du quartier de l’Europe, l’arrivée du tramway a permis de faire émerger une « nouvelle polarité commerciale », autour en place Daumier, qui rayonne bien au-delà de boy quartier, grâce à une enseigne comme la Biocoop. Le center commercial Le Phare de l’Europe a également bénéficié de cette dynamique : l’hypermarché, reconfiguré, est désormais tourné vers la ligne de tram, tandis que le départ de Castorama a libéré une surface investie componen de nombreuses enseignes.

Cette hausse ne doit toutefois pas être lue à la seule lumière du tramway. « Le tram ne gomme pas l’ensemble des difficultés intrinsèques plusieurs quartiers », estime Nadine Le Hir, chargée de mission à l’Adeupa. « Il faut aussi prendre en compte l’ensemble des effets en périurbanisation, la conjoncture économique et l’évolution plusieurs modes de consommation, comme l’achat sur Internet ». Et, aussi, l’apparition d’une nouvelle zone commerciale de quelque 37.000 m², le Froutven, qui a aspiré une partie plusieurs acheteurs potentiels, notamment sur l’équipement en maison.

1. United nations taux de vacance en hausse
En huit ans, le taux de vacance plusieurs cellules commerciales et plusieurs rez-de-chaussée dédiés aux services est passée, sur la ligne de tramway, de 10 à 13,five percent. Une augmentation relativement importante qui touche d’abord l’ensemble des commerces alimentaires et culturels (librairie, presse, photographes) mais aussi l’ensemble des agences immobilières quand l’offre de restauration et l’ensemble des activités de santé et de beauté se sont développées.

2. Le center-ville le plus touché
Comme dans une grande partie plusieurs villes de France, c’est le center-ville qui peut ¨ºtre le plus touché : seul le secteur de Siam, avec le bas Jaurès, échappe à la règle et a globalement maintenu boy offre commerciale. Mais a perdu de l’emploi, dans le sillage plusieurs difficultés rencontrées componen le secteur de l’immobilier. Bien sûr, le sort du haut de Jaurès est celui qui saute le plus aux yeux, avec united nations taux de vacance de plus de twenty percent. « Le problème était déjà présent avant l’ensemble des travaux mais le chantier du tram l’a accentué. D’autant qu’il s’agit essentiellement de petites cellules, vétustes, dures à placer sur le marché et qui pâtissent souvent d’un loyer déconnecté en réalité du marché, concède Nadine Le Hir. Mais une partie plusieurs cellules a pu être reconvertie sur du service, pourvoyeur d’emplois ».

À l’inverse, le secteur Plymouth- Saint-Pierre a, lui, perdu 150 emplois sur la période, record brestois, alors que le nombre de commerces s’est maintenu (+ 3). Ce constat s’explique en partie componen la baisse d’emplois dans l’hypermarché et le départ de Darty et H&ampM de sa galerie. Mais la balance pourrait toutefois s’équilibrer. Effectivement, le Phare de l’Iroise, construit de l’autre côté en voie de tramway, est depuis sorti de terre avec une poignée d’enseignes, dont KFC et ses 35 emplois créés, tandis que C&ampA doit rejoindre la galerie commerciale en début d’année prochaine.

4. Recouvrance toujours dans le rouge
C’est le quartier qui détient le taux de vacance commerciale le plus élevé (26,seven percent) et le tramway n’y a rien changé. Pourtant, la situation est plus contrastée que ne le laisse penser ce chiffre sec. Le secteur a gagné dix emplois sur la période et le bas de Recouvrance semble trouver united nations nouveau souffle, comme le Système U et sa galerie marchande. « En fait, ce n’est pas tant l’axe du tramway mais l’ensemble des artères périphériques, comme la rue Branda, qui ont perdu plusieurs commerces et restaurants », analyse Nadine Le Hir.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *