Bernard Cazeneuve et Bruno Le Roux devaient initialement inaugurer vers 10h30, ce mardi, l’Institut National des Hautes Etudes de la Sécurité et de la Justice (INHESJ), à l’Ecole militaire à Paris. L’agenda pourrait être bousculé. Ce qui est sûr, c’est que le premier ministre Bernard Cazeneuve doit recevoir celui qui l’a remplacé au ministère de l’Intérieur « dans la journée », a indiqué son entourage à l’AFP.

Le ministre, interrogé par la journaliste de Quotidien, ne nie pas avoir embauché ponctuellement ses filles « sur des étés, notamment, ou des périodes de vacances scolaires ». Le député élu en Seine-Saint-Denis depuis 1997 précise cependant qu’elles n’ont « jamais (travaillée) en permanence ». « Pas d’amalgame » avec l’affaire Fillon, a-t-il asséné : « Quand il faut faire du classement, quand il faut faire un certain nombre de tâches parlementaires, je trouve que c’est une bonne école de faire ça », a insisté Bruno Le Roux. Le cabinet du ministre, rapporte Quotidien, indique quant à lui que « chaque contrat faisait l’objet de missions qui ont été honorées puisque ces missions ont pu être effectuées en horaires renforcés avant et après le stage, et en travail à distance durant le stage (travail de rédaction, mise à jour de fichiers, recherches, etc.) et durant plusieurs jours supplémentaires à l’automne ».

Après les révélations sur l’emploi présumé fictif de Penelope Fillon, femme du candidat de la droite, c’est au tour de Bruno Le Roux, ministre de l’Intérieur, d’être dans la tourmente pour des faits similaires. Selon une information de l’émission de TMC Quotidien, il aurait employé ses filles en CDD comme collaboratrices parlementaires, sous son mandat de député de Seine-Saint-Denis, alors qu’elles étaient lycéennes puis étudiantes. Elles auraient débuté ces missions dès l’âge de 15-16 ans, cumulant chacune quatorze et dix CDD entre 2009 et 2016, pour des revenus atteignant au total 55 000 euros, alors même qu’elles étaient sur la même période – à l’été 2013 pour l’une, vingt jours en mai 2015 pour l’autre – en stages en entreprise ou en cours à l’université.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *