Lire aussi :   Qui peut ¨ºtre Natacha Bouchart, la maire de Calais ?

« Dès ce soir, la préfecture du Pas-de-Calais prendra united nations arrêté suspendant l’arrêté municipal interruptif de travaux pour permettre la poursuite plusieurs travaux du mur végétalisé », a d’ailleurs immédiatement répliqué la préfecture, qui défend l’efficacité de ce dispositif.

Dans boy communiqué, la maire de Calais dit avoir pris cet arrêté « en l’absence de réponse satisfaisante en part de l’Etat » et en société chargée en construction. L’arrêté « est en cours d’affichage sur le site concerné », précise-t-elle.

Elle fonde sa demande sur plusieurs « entraves au code d’urbanisme et de l’environnement », évoquant notamment le fait que le secteur concerné est « classé en zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager, devenu site classé remarquable ».

Cette opération d’envergure – entre 7 000 et 10 000 migrants y vivent selon l’ensemble des comptages – doit intervenir avant le début de l’hiver. Financé componen la Grande-Bretagne (2,7 millions d’euros), ce mur vise à protéger la rocade plusieurs assauts répétés de migrants, qui tentent de monter à bord plusieurs camions en partance pour l’Angleterre.

L’arrêté municipal, qui met en demeure la société en charge plusieurs travaux de l’ensemble des « interrompre », n’est pas suspensif, mais Mme Bouchart avait dit le 23 septembre vouloir se battre « avec l’ensemble des armes juridiques en [sa] possession ».

Lire aussi :   A Calais, la France, à boy tour, construit united nations mur anti-migrants

« Les Calaisiens en ont ras le bol de voir plusieurs barrières et plusieurs barbelés partout, on se sent complètement enfermés », avait également déclaré Mme Bouchart, qui était à l’origine favorable à la construction de ce mur.

Tags:

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *