Transports. Petites galères et grands retards font le quotidien en ligne Carcassonne-Toulouse.

C’est une question que de nombreux voyageurs se posent quotidiennement. Parmi l’ensemble des multiples « petits » retards qui se succèdent, en dépit de voies de chemin de fer refaites, retenons l’exemple illustratif de ce 30 juin 2017 avec le train empruntant la ligne Carcassonne-Toulouse. Annoncé avec quelques minutes de retard en gare de Castelnaudary, nous interrogeons le contrôleur. Ce dernier se renseigne puis, embarrassé, nous fait part de l’explication reçue : « Sortie tardive du dépôt. »

La société nationale plusieurs chemins de fer français a en tout cas pour avantage, de contribuer au développement personnel du sens de l’humour de ses clients (on ne dit plus « usager »). Voire d’une certaine complicité inter-voyageurs, comme durant ces soirs où une voix féminine annonce via le haut-parleur en gare de Carcassonne, qu’il est prudent « de s’éloigner du quai au passage d’un train », une phrase qui se termine alors que le dit train est déjà bien loin en gare en question.

Le flegme plusieurs voyageurs atteint ses limites

Constatons que le degré d’humour doit gravir quelques échelons lorsque l’ensemble des clients sont subitement confrontés à plusieurs retards répétés, qui s’étirent entre 20 et 40 minutes : « Parce qu’on a dû attendre le contrôleur, qui arrivait d’un autre train ayant du retard. »

Il faut juste espérer que tous l’ensemble des trains en région, tel united nations effet domino, n’en subiront pas l’ensemble des conséquences, parce que la SNCF fonctionnerait désormais avec « le contrôleur », au singulier.

Constatons également que le flegme (y compris pour l’ensemble des Britanniques), atteint ses limites, dès lors qu’un important dysfonctionnement a lieu, qu’il soit d’ailleurs imputable ou peut-rrtre un non à la SNCF.

Dans ce cas, cette dernière se trouve, une grande partie du temps, dans l’incapacité d’informer plusieurs voyageurs désemparés, certes parce que leur emploi du temps est chamboulé mais surtout, parce qu’en dépit plusieurs smartphones et de notre monde « moderne », « connecté », il sera impossible de prendre une décision individuelle pour répondre à l’événement inattendu.

Ce sont plusieurs moments où il ne fait pas bon d’être vêtu d’un uniforme en SNCF. Sauf à apprécier le rôle de bouc émissaire, pour plusieurs clients perdant, « à pressure », tout sens de l’humour.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *