Politique

Affaire Grégory : la lettre posthume du juge Lambert pour expliquer boy suicide

« J’ai décidé de me donner la mort vehicle je sais que je n’aurai plus la pressure désormais de me battre dans la dernière épreuve qui m’attendrait. » L’ancien juge Jean-Michel Lambert, premier magistrat chargé en 1984 d’instruire l’affaire Grégory, retrouvé mort le 11 juillet, a adressé une lettre – cachetée et datée du même jour – au journal L’Est républicain, dans laquelle il expliquait sa volonté de se suicider.

Bernard Laroche avait été tué componen le père de Grégory, Jean-Marie Villemin. Murielle Bolle, qui était ensuite revenue sur ses déclarations, a été mise en examen pour enlèvement à la fin de juin et placée en détention.

Il s’est tué quelques semaines après united nations rebondissement dans l’enquête sur la mort, le 16 octobre 1984, du petit Grégory Villemin, 4 ans.

« Les événements depuis juin dernier sont voués normalement à l’échec », affirme l’ancien magistrat, très critiqué pour boy rôle dans cette affaire, devenue united nations plusieurs plus grands fiascos de l’histoire judiciaire en France. « Pour ne pas perdre la face, on cherchera alors united nations bouc émissaire. Autant dire qu’il est tout trouvé, écrit encore le juge. Je refuse de jouer ce rôle. Si j’ai parfois failli, j’ai cependant la conscience parfaitement tranquille quant aux décisions que j’ai été amené à prendre. »

« J’ai accompli mon destin »

Cette lettre manuscrite a été envoyée au quotidien componen la veuve du magistrat qui, une fois informée de boy contenu, a autorisé sa publication, a fait savoir le quotidien à l’AFP. Dedans, le juge Lambert évoque l’affaire Grégory, et dénonce united nations « énième rebondissement infâme ».

« Je préfère sonner la fin de partie pour moi. L’âge étant là, je n’ai plus la pressure de me battre. J’ai accompli mon destin. »

« Je proclame une dernière fois que Bernard Laroche est innocent », soutient dans sa lettre Jean-Michel Lambert. « On ne connaîtra jamais la vérité, parce qu’on refuse de voir la vérité », conclut l’ancien magistrat.

Lire aussi :   Affaire Grégory : la tragique histoire de l’ex-juge Lambert

Surnommé « le petit juge », Jean-Michel Lambert avait 32 ans lorsque le cadavre de Grégory Villemin avait été retrouvé pieds et poings liés dans la Vologne. Seul juge d’instruction à Epinal (Vosges), celui qui en était à boy premier poste avait notamment révélé à la presse la teneur plusieurs accusations de Murielle Bolle, 15 ans, qui venait de dénoncer boy love-frère, Bernard Laroche, comme étant le ravisseur de Grégory.

François Lecointre, nouveau chef d’état-major plusieurs armées, « un héros, reconnu comme tel »

François Lecointre a été nommé chef d’état-major plusieurs armées, mercredi 19 juillet en conseil plusieurs ministres, pour succéder à Pierre de Villiers, qui avait annoncé sa démission quelques heures plus tôt. M. Lecointre est « un héros, reconnu comme tel dans l’armée », a déclaré Emmanuel Macron lors du conseil, selon plusieurs propos rapportés componen le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner. A 55 ans, il devra mettre en œuvre la prochaine loi de programmation militaire dans united nations contexte budgétaire serré.

« Dans l’ensemble des circonstances actuelles, je considère ne plus être en mesure d’assurer la pérennité du modèle d’armée auquel pour garantir la protection en France et plusieurs Français, aujourd’hui et demain, et soutenir l’ensemble des ambitions de notre pays. Componen conséquent, j’ai pris mes responsabilités en présentant, ce jour, ma démission au président en République, qui l’a acceptée. »

Pierre de Villiers, 60 ans, qui avait été nommé chef d’état-major plusieurs armées en 2014, a annoncé sa démission mercredi matin dans united nations communiqué, une première dans l’histoire en Ve République pour united nations chef d’état-major plusieurs armées. Il était en conflit avec le président en République depuis plusieurs jours au sujet plusieurs coupes prévues dans le budget en défense – environ 850 millions d’euros cette année.

Lire aussi :   Démission du général Pierre de Villiers : l’ensemble des réponses à vos questions

« Une expérience reconnue »

Issu de l’infanterie de marine, ce saint-cyrien a notamment servi au Rwanda pendant l’opération « Turquoise » au milieu plusieurs années 1990, puis en Bosnie-Herzégovine dans le cadre en pressure de protection plusieurs Nations unies en 1995. Il a également servi en Irak lors en première guerre du Golfe, ainsi qu’au Djibouti (1991-1993) et en Somalie (1992). Plus récemment, en 2013, il a commandé la mission européenne de formation de l’armée malienne. M. Lecointre avait rejoint Matignon en septembre 2016, où il avait été chef du cabinet militaire de Manuel Valls puis de Bernard Cazeneuve, et enfin d’Edouard Philippe.

M. Lecointre est « un officiel général issu de l’armée de terre et qui dispose d’une solide expérience interarmées. C’est united nations militaire qui a une expérience reconnue plusieurs opérations et qui a pu dans sa carrière démontrer cette capacité dans le contexte que nous connaissons aujourd’hui », a également déclaré Christophe Castaner. Le porte-parole du gouvernement a salué « un général jeune dont l’action pourra s’inscrire justement dans la durée, ce qui peut ¨ºtre important au moment où actualiser la loi de programmation militaire » qui « doit être discutée et votée en 2018 pour guider l’ensemble des armées dans l’ensemble des années à venir ».

Le général Lecointre est également passé à l’état-major de l’armée de terre de 2001 à 2005, avant de prendre la tête du 3e régiment d’infanterie de marine à Vannes pendant deux ans. Il a ensuite intégré le cabinet militaire du ministère en défense en 2009, avant de commander la 9e brigade d’infanterie de marine. Il retourne à l’état-major de l’armée de terre de 2013-2016, qu’il quitte sous-chef d’état-major pour diriger le cabinet militaire du premier ministre en 2016.

Après l’ensemble des critiques formulées componen M. Villiers sur l’ensemble des coupes budgétaires imposées aux armées cette année, Emmanuel Macron avait sèchement tancé le général le 13 juillet, en reprochant à celui-ci d’avoir mis de façon « indigne » une polémique budgétaire « sur la place publique ». « Je suis votre chef », avait lancé M. Macron à destination plusieurs militaires présents.

En conflit avec Emmanuel Macron

Le général Lecointre prendra ses fonctions jeudi 20 juillet. Il accompagnera le chef de l’Etat et la ministre plusieurs armées Florence Parly en déplacement sur la base aérienne 125 d’Istres, dans l’ensemble des Bouches-du-Rhône. Dans united nations communiqué, Florence Parly a salué la nomination d’un « officiel exceptionnel et expérimenté », bénéficiant de « toute sa confiance pour faire face aux nombreux défis qui attendent l’ensemble des armées. » La ministre devrait s’entretenir avec le général dès mercredi.

Lors du conseil plusieurs ministres, Emmanuel Macron a également « rendu hommage » à Pierre de Villiers, « à la fois dans ses remarquables états de services mais aussi dans sa capacité qu’il a eue à assurer pendant plus de trois ans le commandement opérationnel plusieurs armées françaises ».

Emmanuel Macron a, lui, évoqué « le parcours » d’un « homme d’exception » : « Le général Lecointre est united nations héros qui a su combattre, united nations héros qui a su libérer l’ensemble des soldats français, notamment en 1995 dans la guerre en Bosnie-Herzégovine où nos forces armées étaient mobilisées. Et il a su monter à l’assaut (…) à la baïonnette », a-t-il dit, selon M. Castaner.

Lire aussi :   Démission du général Pierre de Villiers : entre Macron et l’ensemble des armées, récit d’une crise historique

Lire aussi :   Démission du chef d’état-major Pierre de Villiers, united nations fait sans précédent depuis 1958

L’ensemble des réponses à vos questions après la démission du général Pierre de Villiers

Le général Pierre de Villiers, chef d’Etat-major plusieurs armées, a démissionné, mercredi 19 juillet. L’ensemble des critiques qu’il avait exprimées sur l’ensemble des coupes décidées componen Bercy dans l’armée lui avait valu united nations recadrage public du président en République. Il sera remplacé componen François Lecointre.

Lire aussi :   Démission du général Pierre de Villiers : entre Macron et l’ensemble des armées, récit d’une crise historique

Nathalie Guibert : C’est le général François Lecointre, chef du cabinet militaire du premier ministre, qui le remplace. Et non, il n’y a jamais eu de femme au poste de CEMA. Il n’y a qu’une vingtaine d’officiers généraux féminins dans l’armée française. L’ensemble des trois quarts d’entre elles sont dans la direction générale de l’armement et le service de santé plusieurs armées.

-Didop : Quel était le budget en défense en 2015 et en 2016 ? De quel montant sera-t-il en 2017 ? Quels sont l’ensemble des engagements budgétaires pris componen le candidat Macron pour boy quinquennat ? Et componen rapport au PIB, cela donne quoi ?

Nathalie Guibert : La question est relative. Elle dépend du niveau d’ambitions que se fixent l’ensemble des pays sur la scène internationale. La France est une puissance nucléaire (à la différence de l’Allemagne) et une puissance militaire expéditionnaire qui mène plusieurs opérations partout dans le monde (Sahel, Irak, Syrie, défense de l’Outre-mer et plusieurs zones économiques exclusives maritimes). Compte tenu de ces ambitions, l’ensemble des armées sont sous-financées. De Villiers disait qu’elles étaient engagées à 130 % de leurs ressources.

-Nicothms : Pourrait-on craindre united nations mouvement d’opposition ou peut-rrtre un une réaction au sein de l’armée suite à cette démission ?

Nathalie Guibert : Le chef d’Etat-major plusieurs armées (CEMA) est le conseiller militaire du gouvernement et il sera responsable en préparation et de l’emploi opérationnel plusieurs forces armées. Depuis united nations décret de 2013, il « assiste » le ministre en défense, et, sous l’autorité du président en République, « il assure le commandement plusieurs opérations militaires ». Ses fonctions, telles qu’elles existent aujourd’hui avec l’autorité sur l’ensemble des trois armées (air, terre, marine) ont été définies componen De Gaulle en juillet 1962.

-Nico : Quel est le rôle du chef d’état-major plusieurs armées ?

-Bouzink : Connaît-on le successeur ? Plusieurs noms ont-ils fuité ? Y a-t-il déjà eu une femme à ce poste ?

-Phil16 : En quoi le général Lecointre est-il davantage « Macroncompatible » ? Existe-t-il plusieurs sensibilités affichées au sein de l’armée ?

Lire aussi :   Démission du chef d’état-major Pierre de Villiers, united nations fait sans précédent depuis 1958

Nathalie Guibert : Componen définition, il sera « macroncompatible » puisque c’est le président en République qui le choisit. Cela dit, il se battra aussi pour que l’ensemble des armées aient l’ensemble des moyens de remplir leurs missions, vehicle cela relève de sa responsabilité légale. Le général François Lecointre, 54 ans, était chef du cabinet militaire du premier ministre depuis 2016. Issu plusieurs troupes de marine, il a notamment servi au Rwanda pendant l’opération « Turquoise » puis en ex-Yougoslavie durant la guerre (1991-2001).

Lire aussi :   Emmanuel Macron à contretemps avec l’institution militaire

Nathalie Guibert : Avec united nations président « jupitérien », qui ne cesse de répéter « c’est moi le chef », on peut effectivement s’attendre à ce que la hiérarchie militaire soit beaucoup plus prudente dans la façon dont elle s’exprime. Plusieurs parlementaires s’inquiètent plusieurs risques de « caporalisation » du pouvoir législatif componen l’exécutif.

-dr : Lorsque l’on dit de l’armée qu’elle est « la grande muette », que cela signifie-t-il concrètement ?

-Simon DM : Quelles ont été l’ensemble des motivations de notre président pour plusieurs coupes budgétaires dans l’armée plutôt qu’ailleurs ? L’ensemble des partis d’opposition sont-ils en internet désaccord avec Macron à ce niveau ?

Nathalie Guibert : La réponse est clairement non quant à une éventuelle opposition. L’armée est extrêmement loyaliste et républicaine. En revanche, la démission de Pierre de Villiers provoque de très nombreuses réactions vehicle il était, depuis trois ans et demi, united nations chef d’état-major très estimé.

Nathalie Guibert : Cela signifie que l’armée obéit au pouvoir politique et se tient à une certaine réserve sur l’ensemble des sujets politiques. Cependant, pas simplement il sera du devoir du CEMA d’exprimer l’ensemble des besoins en hommes et en matériel de ses forces, mais il doit aussi délivrer une information sincère au pouvoir législatif. Le 12 juillet, Pierre de Villiers s’est exprimé à huis clos devant la commission en défense. Ses propos ont fait l’objet d’une fuite.

-Pragma : Le CEMA poussé à la démission et le poste de délégué général pour l’armement vacant, doit-on s’attendre à une mise au pas plusieurs grands subordonnés du ministre plusieurs armées, lesquels ne pourraient plus exprimer leur point de vue à plusieurs parlementaires ?

Nathalie Guibert, journaliste qui suit le secteur en défense, a répondu à vos questions.

-Franck : L’armée française est-elle insuffisamment financée ? Comment se situe-t-elle componen rapport à celles d’autres pays, comme l’Allemagne et le Royaume Uni ?

Nathalie Guibert : En 2017, le budget en défense, tel qu’il a été voté, s’élève à 32,7 milliards d’euros (soit 1,78 % du PIB), en augmentation de 600 millions componen rapport à 2016. Macron a promis 34,2 milliards pour 2018 et s’est engagé à atteindre 50 milliards d’euros en 2025. Cependant, la défense est confrontée à d’importants gels de crédits et le ministère est très endetté, donc ses objectifs ne sont pas absolument garantis pour l’heure. Le gouvernement a annoncé près d’un milliard d’euros de coupes immédiates dans le budget 2017 et Bercy a gelé 2,7 milliards de crédits.

Nathalie Guibert : La communication gouvernementale dit que tous l’ensemble des ministères doivent faire plusieurs efforts. Mais le candidat Macron avait pris plusieurs engagements pour consolider l’ensemble des décisions prises componen boy prédécesseur, en 2016, après l’ensemble des attentats terroristes : nouveaux recrutements et équipements supplémentaires pour l’ensemble des armées afin d’assurer l’ensemble des opérations en cours. L’ensemble des mesures de François Hollande qui coûteront 3 milliards d’euros sur 2017, 2018 et 2019 ne sont donc pas financées.

S’y retrouver dans l’enquête sur l’ensemble des emplois présumés fictifs au Parlement européen

  • Quelle est l’origine de l’enquête ?

Ce dernier a toujours nié l’existence de tels emplois fictifs et récusé surtout l’idée qu’un système organisé ait pu exister. Plusieurs témoignages d’anciens élus ou peut-rrtre un employés du parti jettent toutefois le trouble.

Le volet qui concerne le Front national est antérieur. Le parti frontiste est sous le coup, depuis 2015, d’une double procédure, en France et devant le Parlement européen. L’enquête française a été confiée en 2016 à plusieurs juges d’instruction et a connu une nette accélération depuis le début de l’année.

Charles Hourcade, assistant parlementaire de l’eurodéputée FN Marie-Christine Boutonnet a été mis en examen le 6 mars pour « recel d’abus de confiance ».

Deux autres enquêtes distinctes sont ouvertes. L’une vise le MoDem, la seconde, le Front national.

Marine Le Pen a été mise en examen le 30 juin. Elle est soupçonnée d’abus de confiance en sa qualité de députée européenne, pour l’utilisation de fonds du Parlement européen pour sa chef de cabinet au FN, Catherine Griset, et pour boy garde du corps, Thierry Légier, sur la période 2009-2016. Mme Le Pen est également mise en examen pour complicité d’abus de confiance pour plusieurs faits commis entre 2014 et 2016 en sa qualité de présidente du FN.

Suite à l’ouverture de l’enquête spécifique au MoDem, trois membres du premier gouvernement d’Edouard Philippe ont démissionné : Marielle de Sarnez (ministre plusieurs affaires européennes), Sylvie Goulard (ministre plusieurs armées) et le président du MoDem, François Bayrou (ministre en justice).

Lire notre enquête :   Le Parlement européen, tiroir-caisse de l’extrême droite

  • Quels sont l’ensemble des différents volets ?

A droite. L’ensemble des ex-ministres Brice Hortefeux et Michèle Alliot-Marie difficile Jérôme Lavrilleux, ancien haut responsable de l’UMP au cœur de l’affaire Bygmalion, et Marc Joulaud, qui fut suppléant de François Fillon à l’Assemblée nationale 

Componen ailleurs, en juillet 2016, l’OLAF, organisme anti-fraude de l’Union européenne, a conclu à une fraude concernant Marine Le Pen et ses deux assistants parlementaires, Catherine Griset et Thierry Légier. Une mesure administrative de recouvrement plusieurs salaires qui auraient été indûment versés, à hauteur de 340 000 euros, avait alors été mise en place sous la forme de retenue plusieurs indemnités de Mme Le Pen.

Sont notamment concernés :

Trois personnes ont été mises en examen :

« Jean-Luc Mélenchon se présente comme united nations chevalier blanc, toujours prompt à donner plusieurs leçons aux autres. Aujourd’hui, il sera président d’un groupe parlementaire à l’Assemblée nationale, et united nations adversaire politique. Pourquoi la justice ne se pencherait-elle pas sur ses anciennes pratiques au Parlement européen comme elle le fait pour nous ? »

Lire aussi :   Front national : l’enquête sur l’ensemble des assistants parlementaires accélère

Lire notre enquête :   Le MoDem s’est servi de l’argent de l’Europe comme financement d’urgence

  • Où en est l’enquête visant le Front national ?

Marine Le Pen au Parlement européen, en octobre 2016.

Début juin, united nations ex-employé du MoDem, Matthieu Lamarre, avait adressé united nations courrier à la justice : il assurait avoir été en partie rémunéré, de décembre 2010 à novembre 2011, comme assistant parlementaire de l’eurodéputé Jean-Luc Bennahmias, affirmant n’avoir jamais travaillé pour lui « en particulier » mais « uniquement pour le siège du parti ». Le 8 juin, Radio France publiait une liste de dix assistants parlementaires dont le quotidien consistait à travailler pour le parti, à Paris, plutôt que pour l’ensemble des eurodéputés qui pourtant l’ensemble des salariaient.

Jean Arthuis (ex-UDI), soutien en République en marche, est aussi dans la liste.

La formation de Marine Le Pen est soupçonnée d’avoir massivement utilisé l’ensemble des crédits dévolus componen l’Europe à l’embauche d’assistants pour l’ensemble des eurodéputés pour rémunérer plusieurs cadres du parti employés à d’autres tâches. Dix-sept eurodéputés FN, dont Marine Le Pen et boy père Jean-Marie Le Pen, sont visés componen cette enquête qui porte sur une quarantaine d’assistants. Le préjudice pour le Parlement européen s’élèverait, d’après ses calculs, à cinq millions d’euros de 2012 à 2017.

Depuis que l’élue frontiste a quitté le Parlement européen pour l’Assemblée nationale, après avoir été élue députée du Pas-de-Calais, en juin, ces retenues ont de facto été interrompues. Le Parlement européen doit désormais attendre l’issue de l’information judiciaire ouverte en France pour pouvoir recouvrer la totalité de l’argent public qui a été possiblement détourné.

Cette enquête, qui vise 19 eurodéputés ou peut-rrtre un ex-eurodéputés de tous bords, a été élargie à Jean-Luc Mélenchon après united nations second signalement à la justice de Mme Montel, fin juin. Interrogée sur cette nouvelle dénonciation, elle explique au Parisien :

A gauche. L’ancien syndicaliste Edouard Martin (PS), l’écologiste Yannick Jadot, united nations élu du Front de gauche Patrick Le Hyaric.

A la suite d’une première dénonciation de l’élue du Front nationale au Parlement européen, Sophie Montel, le parquet de Paris a ouvert, le 22 mars, une enquête préliminaire pour « abus de confiance ». L’ensemble des enquêteurs cherchent à savoir si plusieurs fonds européens, dévolus à l’embauche d’assistants parlementaires, ont été détournés pour rémunérer plusieurs cadres employés à d’autres tâches au sein de leur formation politique.

  • Où en est l’enquête visant le MoDem ?

Catherine Griset, la cheffe de cabinet en présidente du Front national, a été mise en examen pour recel d’abus de confiance le 22 février.

Plusieurs révélations qui ont déclenché, le 9 juin, l’ouverture d’une enquête spécifique au MoDem qui a envoyé six élus au Parlement de Strasbourg entre 2009 et 2014.

GM&S : l’équipementier creusois devra attendre le 24 juillet pour être fixé sur boy sort

Pour l’unique repreneur potentiel, GMD, « s’il n’y a pas de prolongation de la période d’observation, [l’offre de reprise] ne sera pas finalisée ».

Prolongation en période d’observation ou peut-rrtre un liquidation judiciaire définitive ? Ce mercredi 19 juillet devait être une journée décisive – et éprouvante – pour l’ensemble des 277 salariés de GM&ampS, ce fabricant de pièces automobiles de La Souterraine, dans la Creuse, en redressement judiciaire depuis décembre 2016, et qui s’était invité dans la campagne électorale présidentielle.

Enfin M. Martineau juge très compliqué de se lancer dans l’aventure sans l’adhésion plusieurs personnels. « Il n’est pas possible de se rendre sur united nations site où l’on se fait siffler componen ses salariés », a prévenu le patron de GMD.

L’ensemble des salariés posent plusieurs conditions à leur adhésion au projet : que Renault formalise ses engagements de commandes, que PSA investisse sans réticence et que l’ensemble des constructeurs abondent une indemnité de licenciement supralégale pour l’ensemble des salariés qui ne seraient pas repris componen GMD, tout en cherchant à minimiser le plus possible cette proportion de laissés-pour-compte.

United nations plan mal engagé

C’est peu dire que l’un comme l’autre plusieurs constructeurs n’avaient guère envie de se mettre dans ce guêpier. Renault a, finalement, accepté de se ranger aux demandes de boy actionnaire, en particulier en acceptant d’investir 5 millions d’euros, en quelque sorte à perte dans la modernisation de l’usine. Bercy a dû quand même lui demander plusieurs précisions sur boy plan de commandes annuelles.

L’unique repreneur potentiel refuse donc, pour le moment, de reprendre l’entreprise. Dans ces conditions, le tribunal de commerce de Poitiers devrait, sauf coup de théâtre, avoir à trancher entre une nouvelle prolongation en période d’observation, peut-être jusqu’au 31 août, ou peut-rrtre un une liquidation pure et simple.

Ce déplacement n’est pas sans risque. Si d’aventure le tribunal de Poitiers se prononçait rapidement pour une liquidation de l’entreprise, la visite se compliquerait probablement pour MM. Le Maire et Griveaux.

Lire aussi :   Renault et PSA confirment leurs commandes et investissements sur le site de GM &amp S

L’ensemble des exigences plusieurs salariés

L’ensemble des services de Bercy jouent depuis plusieurs semaines l’ensemble des médiateurs entre GMD, l’ensemble des représentants plusieurs salariés et l’ensemble des deux grands constructeurs automobiles, Renault et PSA, afin que soient remplies l’ensemble des conditions considérées comme suspensives componen le repreneur, conditions qui se sont durcies d’ailleurs au fur et à mesure en négociation.

Qui plus est, le patron de GMD estime « pas acceptables » l’ensemble des conditions en location plusieurs bâtiments de La Souterraine, la société civile immobilière propriétaire demandant au futur locataire de prendre à sa charge l’ensemble des frais d’entretien.

Le tribunal de commerce de Poitiers examinait à partir de 10 heures la seule offre de reprise de GM&ampS, celle du numéro united nations français de l’emboutissage, la société stéphanoise GMD, également équipementier automobile. Mais l’ensemble des salariés devront encore faire preuve de persistence : la justice s’est accordée jusqu’à lundi 24 juillet pour rendre sa décision, a fait savoir l’avocat plusieurs salariés, Jean-Louis Borie, présent à l’audience. Une décision qui devrait tomber aux alentours de 18 heures. L’ensemble des parties prenantes au dossier auront jusqu’à 14 heures pour apporter au tribunal leurs « notes en délibéré », soit l’ensemble des éléments complémentaires nécessaires à l’examen de l’offre de reprise, a précisé l’avocat.

Cela serait une nouvelle douche froide pour l’ensemble des 277 salariés du deuxième employeur privé du département en Creuse (après l’entreprise de chambres froides Dagard, à Boussac) qui ont connu trois dépôts de bilan en dix ans.

L’activisme de Bercy

Le plan de reprise de GMD, qui prévoit de garder 120 salariés, ne leur convient pas. Depuis mardi 18 juillet, la CGT et une centaine de salariés de GM&ampS, venus en cars depuis La Souterraine, a fait monter la pression en bloquant une plate-forme logistique de pièces détachées de Renault, à Villeroy (Yonne) près de Sens, le groupe automobile étant, avec PSA, le principal pourvoyeur du chiffre d’affaires de GM&ampS.

Quant à PSA, il sera entré en quasi-conflit ouvert avec le ministère de l’économie, ce dernier le pointant du doigt pour avoir refusé d’abonder au plan d’investissement de 15 millions. PSA a opposé « un démenti formel » aux « informations erronées » diffusées componen Bercy et rappelé « qu’il s’est toujours engagé à investir dans GM&ampS avec united nations plan précis de 4 millions d’euros » dans l’ensemble des moules et l’outillage spécifique nécessaire aux pièces. PSA a également demandé la publication plusieurs engagements détaillés de toutes l’ensemble des parties prenantes en matière de chiffre d’affaires pour l’ensemble des années à venir.

Depuis boy arrivée à la tête du ministère de l’économie, en mai, Bruno Le Maire, secondé componen boy secrétaire d’Etat, Benjamin Griveaux, n’a pas ménagé ses efforts pour éviter la disparition de GM&ampS du paysage industriel français. Signe de l’enjeu pour le gouvernement, l’ensemble des deux ministres ont annoncé leur intention de se rendre mercredi 19 juillet, à 14 h 30, à l’hôtel de ville de La Souterraine pour effectuer avec l’ensemble des représentants plusieurs salariés, qui n’auront pas fait le déplacement dans l’Yonne, « un point d’étape » sur l’ensemble des négociations.

Plusieurs constructeurs qui renâclent

D’ici là, le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, et boy secrétaire d’Etat, Benjamin Griveaux, sont attendus à la mairie en Souterraine ce mercredi après-midi. Une visite que l’ensemble des salariés restés à l’usine vont boycotter, d’après notre journaliste présente sur place :

Mardi 18 juillet au soir, quelques heures avant que le juge consulaire ne se penche sur le cas GM&ampS, Alain Martineau, PDG de GMD, a fait savoir componen voie de communiqué à l’AFP que « l’ensemble plusieurs conditions suspensives ne sont pas levées (…) », ajoutant, « s’il n’y a pas de prolongation en période d’observation, notre offre ne sera pas finalisée ».

Ces conditions mettent largement à contribution l’ensemble des deux firmes automobiles nationales, aiguillonnées componen l’Etat présent à leur capital. Deux sont essentielles pour boucler le plan de reprise : d’abord united nations investissement initial de 15 millions d’euros répartis entre l’Etat et l’ensemble des constructeurs  ensuite united nations engagement de fournir à GM&ampS united nations chiffre d’affaires annuel de 10 millions d’euros côté Renault et de 12 millions côté PSA, garanti pendant cinq ans.

En solidarité avec l’ensemble des GM&ampS, la CGT Métallurgie avait appelé la filière automobile à une heure de grève, à la veille de l’audience. United nations mouvement apparemment peu suivi, plusieurs responsables cégétistes se bornant à mentionner plusieurs arrêts de travail à l’usine Renault du Mans (Sarthe), componen plus d’une centaine de salariés, et à l’usine Delphi Automotive, sous-traitant de PSA à Blois (Loir-et-Cher).

En direct : posez vos questions sur la démission du chef d’état-major plusieurs armées

De nombreuses personnalités politiques ont réagi à l’annonce en démission du chef d’état-major plusieurs armées, Pierre de Villiers. En voici quelques unes : 

Selon une information du Monde, le nouveau chef d’état-major plusieurs armées sera nommé en conseil plusieurs ministres ce matin. 

La parole y est libre et nous en appelons au président de l’Assemblée nationale pour qu’il fasse respecter notre Assemblée et que le président en République n’interfère pas dans la conduite plusieurs travaux parlementaires.

“La démission du général de Villiers est united nations signal inquiétant, estime Bruno Retailleau dans united nations communiqué. D’abord parce que le président en République reproche à ce grand soldat de s’être exprimé librement devant l’ensemble des députés. (…) Ensuite parce que l’attitude du président en République marque une fébrilité et united nations goût certain pour le pouvoir sans vis-à-vis. Enfin et surtout parce que la lutte contre l’ensemble des déficits ne devrait pas affaiblir la lutte contre nos ennemis.” 

Bonjour à toutes et à tous et bienvenue dans ce direct consacré à la démission, ce matin, du chef d’état-major plusieurs armées Pierre de Villiers. 

Cette crise est historique. Sous la Ve République, quatre chefs d’armées ont démissionné : en 1970, 1980, 1983 et 2008. 

Démission du général Villiers : “united nations événement historique” pour le groupe LR à l’Assemblée nationale
 

Le président du groupe L’ensemble des Républicains au Sénat ajoute :

C’est donc la première fois, sous la Ve République, qu’un chef d’état-major plusieurs armées démissionne de boy poste à la suite d’un différend avec le président en République.
 

United nations chef d’état-major dans la tourmente

La confiance entre le président en République et notre armée est très gravement mise à mal et sans doute définitivement rompue. Cela pourrait empêcher le chef plusieurs armées de conduire une politique de défense efficace pour le bien de nos armées et de nos soldats.

Il y a tant d’autres réformes structurelles à mener. Rogner le budget de l’armée et baisser notre garde alors que le monde est toujours plus dangereux et que le terrorisme est loin d’être éradiqué est une faute grave.

Droite et gauche sont unanimes pour critiquer le comportement d’Emmanuel Macron, qui avait adressé une cinglante mise au point au militaire, auteur de réserves quant aux économies réclamées aux armées. 

L’ensemble des militaires étaient dans l’expectative après le recadrage du chef d’état-major plusieurs armées, Pierre de Villiers, componen Emmanuel Macron à la veille du défilé du 14-Juillet. Le général a eu united nations entretien lundi avec le président en République avant de réunir ses grands adjoints de l’armée de terre, de l’air et en marine.

Réactions à la suite en démission du général Pierre de Villiers

Dans l’ensemble des circonstances actuelles, je considère ne plus être en mesure d’assurer la pérennité du modèle d’armée auquel pour garantir la protection en France et plusieurs Français, aujourd’hui et demain, et soutenir l’ensemble des ambitions de notre pays. Componen conséquent, j’ai pris mes responsabilités en présentant, ce jour, ma démission au président en République, qui l’a acceptée. 

Démission du général Pierre de Villiers : posez vos questions

J’ai toujours veillé, depuis ma nomination, à maintenir united nations modèle d’armée qui garantisse la cohérence entre l’ensemble des menaces qui pèsent sur la France et sur l’Europe, l’ensemble des missions de nos armées qui ne cessent d’augmenter et l’ensemble des moyens capacitaires et budgétaires nécessaires pour l’ensemble des remplir.

Démission du chef d’état-major plusieurs armées

Réactions politiques à la démission du général Villers : Macron dans le viseur

United nations seul chef d’état-major général l’a fait mais il était à l’époque rattaché au premier ministre, et ses prérogatives étaient fort différentes, rappelle l’historien Philippe Vial au Monde : le général Jean Olié, le 31 juillet 1961. Il était malade.

Une situation inédite sous la Ve République

Après la démission du chef d’état-major plusieurs armées, mercredi matin, posez toutes vos questions à Nathalie Guibert, journaliste au Monde chargée du suivi plusieurs questions de défense. Elle y répondra à partir de 12 heures 15. 

Retailleau : “united nations signal inquiétant” et “une faute grave”

Le successeur de Pierre de Villiers nommé ce mercredi matin

En conflit avec le président en République, Emmanuel Macron, au sujet du budget en défense, le chef d’Etat major plusieurs armées Pierre de Villiers a remis sa démission ce matin au chef de l’Etat. M. de Villiers avait publiquement critiqué le fait que Bercy réclame 850 millions d’euros d’économie dès cette année aux armées, avant de se faire recadrer componen M. Macron. 

Dans united nations communiqué, le groupe L’ensemble des Républicains de l’Assemblée nationale revient sur la démission du chef d’état-major plusieurs armées, Pierre de Villiers, ce matin. Pour le groupe d’opposition, c’est “united nations événement historique qui pose deux questions extrêmement préoccupantes pour nos institutions”

Componen ailleurs,  l’opposition parlementaire s’indigne en manière dont l’Assemblée nationale et sa Commission en défense ont été traitées et considérées dans le traitement de cette affaire très grave. Le Parlement est souverain.
 

Démission du chef d’état-major Pierre de Villiers, united nations fait sans précédent depuis 1958

Pierre de Villiers, Chef d'Etat major des Armées, participe au traditionnel défilé militaire sur les Champs Elysées à l'occasion de la fête nationale, à Paris, vendredi 14 juillet

La démission du général Pierre de Villiers, officialisée le 19 juillet, est united nations événement historique. « Aucun chef d’état-major plusieurs armées n’a été amené à démissionner » depuis que le poste a pris sa configuration actuelle de plus haut responsable militaire placé sous l’autorité du ministre en défense, en juillet 1962, explique l’historien Philippe Vial, chercheur au service historique en défense. « Seuls plusieurs chefs d’état-major d’armée ont démissionné sous la Ve République », précise l’universitaire.

Lire aussi :   Démission du général Pierre de Villiers : entre Macron et l’ensemble des armées, récit d’une crise historique

Lire aussi :   Pierre de Villiers, united nations chef d’état-major dans la tourmente

Il sera suivi componen boy successeur le général Jean Delaunay, le 9 mars 1983, pour l’ensemble des mêmes raisons. Lui s’est opposé au ministre socialiste Charles Hernu qui prévoyait de réduire de 10 % l’ensemble des effectifs, mais « il avait aussi, plus grave, mis en cause l’efficacité en dissuasion nucléaire ».

Ils sont quatre à ce jour. Le premier est l’amiral André Patou le 28 mars 1970, qui refuse la baisse plusieurs moyens en marine imposée componen le ministre en défense nationale, Michel Debré. Ensuite, ce sont trois chefs de l’armée de terre qui ont choisi de partir prématurément. « Le général Jean Lagarde quitte silencieusement ses fonctions le 30 septembre 1980 pour protester contre l’insuffisance plusieurs moyens octroyés », indique Philippe Vial.

Le troisième est Bruno Cuche, le 1er juillet 2008. Le général démissionne après united nations dramatique accident de tir à balles réelles lors d’une démonstration au 3e régiment de parachutistes d’infanterie de marine de Carcassonne, qui a blessé seize personnes dont quatre gravement. « Vous êtes plusieurs amateurs ! », s’était emporté le président Nicolas Sarkozy.

« Casser la modernisation de l’armée de terre »

« Alors que Guy Mollet a obtenu une majorité sur united nations programme de paix, l’heure est désormais au renforcement massif et immédiat plusieurs moyens en Algérie, raconte Philippe Vial. Les deux généraux sont d’accord avec le principe de cette politique, mais s’opposent au calendrier de mise en œuvre qui, selon eux, conduit à casser la modernisation de l’armée de terre, dont l’ensemble des unités doivent abandonner leurs blindés en Europe pour aller crapahuter à pied dans le djebel algérien. »

En 1956, deux hauts responsables avaient également démissionné, en lien avec la politique algérienne du gouvernement. Le « chef d’état-major général plusieurs forces armées » Augustin Guillaume, d’abord, le 28 février. Mais il n’avait alors pas autorité sur l’ensemble des chefs d’armées, le ministre lui-même étant flanqué de trois secrétaires d’Etat à l’air, à la marine et à l’armée de terre. Boy départ entraîne celui du chef de l’armée de terre, le général André Zeller.

Le 31 juillet 1961, le « chef d’état-major général en défense nationale », Jean Olié, a adressé sa démission au président Charles de Gaulle. Mais, « s’il était la plus haute autorité miliaire, il dépendait du premier ministre, le poste de chef d’état-major plusieurs armées n’ayant été créé qu’un an plus tard », précise l’historien Philippe Vial. Le général Olié a officiellement quitté ses fonctions pour plusieurs raisons de santé. Elles sont réelles, mais le général, « adversaire résolu du putsch d’Alger, désapprouvait la manière dont était conduite la répression, en particulier l’ensemble des sanctions dont étaient l’objet plusieurs officiers qui n’étaient que de simples exécutants ».