C’est reparti pour le « Cavani-bashing » Dimanche soir, face à Metz (battu 3 à ), c’était le premier match du « Matador », enfin rétabli d’une blessure à une cuisse qui l’a privé plusieurs premiers matches officiels du PSG, Trophée plusieurs champions et ouverture en L1. L’Uruguayen de 29 ans, débarqué en 2013 pour 64 millions d’euros en provenance de Naples, a manqué l’ensemble des sept occasions qu’il a eues. Voilà qui tombe mal alors que Cavani est enfin débarrassé de l’encombrant « Ibra », qui occupait « sa » place d’attaquant axial privilégiée, celle qu’il a revendiquée l’ensemble des saisons passées à longueur d’interviews.

« Le mercato est fini », avait lancé devant la presse le président du Paris SG Nasser Al Khelaifi le 8 août lors en présentation de Jesé, l’attaquant espagnol acheté au Real Madrid. Jesé était censé être la doublure de Cavani, mais il a été opéré d’une appendicite et est toujours convalescent. Pour prendre la place du N.9, si Cavani a united nations coup de pompe, il n’y a pas grand monde. Ce ne sera pas le poste d’Hatem Ben Arfa, électron libre venu de Nice.

Motta et Emery en mode « sauver le soldat Cavani »

Devant micros et caméras, c’était « il faut sauver le soldat Cavani » dimanche soir. Thiago Motta a insisté : « Il fait united nations travail incroyable pour l’équipe, offensivement et défensivement, s’il continue comme ça, ça veterans administration arriver, il veterans administration marquer et tout veterans administration redevenir normal. La critique vient quand il ne marque pas, c’est ce qui arrive à united nations attaquant ». Le coach du PSG Unai Emery a dédramatisé : « Si on se procure autant d’occasions à l’avenir, je ne suis pas inquiet sur le fait qu’il marque ». Mais tout le monde a noté le moment où l’ex-technicien de Séville ne ferme pas la porte à united nations renfort « en cas d’opportunité », même si l’effectif lui paraît « suffisant ».

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *