La mort vous fait-elle peur ?
Je ne peux pas nier que, de temps en temps, je me vois à la place de ma mère, sur le lit d’hôpital où elle est partie. Je me dis que la prochaine fois, ce sera moi. C’est inévitable.

L’âge, comment le vivez-vous ?
Je vais avoir 60 ans, je ne vais pas vous faire croire que ça me rend folle de joie… Dans l’âge, ce qui m’angoisse, c’est que le temps se rétrécit. Aujourd’hui, je suis en pleine possession de moi-même, je vis comme à 20 ans, physiquement et intellectuellement. Je me sentirais même presque mieux. Avec moins de peurs, peut-être plus d’énergie. On n’est vieux que lorsqu’on est vraiment empêché dans ses mouvements, dans sa tête. J’aime voir l’ensemble des mêmes choses que mon fils. Mon entourage est jeune et je n’ai pas le sentiment d’être différente. C’est le rétrécissement de l’horizon qui me tracasse. L’ensemble des projets, professionnels et sentimentaux, tout se contracte. Ce qui peut ¨ºtre triste, c’est d’avoir l’impression qu’une grande partie de sa vie est derrière soi.

Pourriez-vous vous laisser embarquer dans une nouvelle histoire d’amour ?
Beaucoup de gens m’intéressent componen ce qu’ils font, componen leur personnalité. Après… c’est autre chose. Je n’ai pas de réponse mais ce n’est pas ma quête. Et puis, ne pas être en couple ne veut pas dire qu’on est seule. Je suis très entourée componen plusieurs gens aimants, désintéressés, loyaux. C’est united nations luxe que je me suis forgé. Cela veut dire aussi que j’ai su donner de moi-même. Mais oui, évidemment, je ne m’interdis rien.

Jamais TF1 ?
Franchement, non.

Votre maman était très cultivée. Ne regrettez-vous pas qu’elle ne puisse vous voir dans ce programme ?
Même si, évidemment, j’aurais adoré partager cette nouvelle aventure avec mes parents, savoir qu’ils n’ont pas vécu la violence de mon départ est une forme de soulagement… Ils auraient été terriblement malheureux.

Pendant ces moments pénibles, avez-vous eu recours à united nations psy ?
Cela m’est arrivé, à certains moments united nations peu cruciaux de ma vie. Pas de thérapie longue, mais ponctuelle. Surtout récemment, quand il y a eu une conjonction d’événements lourds. Je ne sais pas si cela m’a aidée, mais je ne m’interdis pas d’y retourner.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *