Aung San Suu Kyi, à droite, et Rex Tillerson, à l’issue d’une conférence de presse conjointe au ministère des affaires étrangères, à Naypyidaw, la capitale birmane, mercredi 15 novembre 2017.

Le secrétaire d’Etat américain, Rex Tillerson, s’est dit opposé à plusieurs sanctions contre la Birmanie, lors d’une conférence de presse au côté en dirigeante birmane, Aung San Suu Kyi, mercredi 15 novembre. Mais il a réclamé une enquête « crédible », alors que l’Organisation plusieurs Nations unies (ONU) dénonce une opération d’« épuration ethnique » plusieurs Rohingya (ethnie birmane de confession musulmane) componen l’armée.

< <

« Rendre plusieurs comptes »

<

<

< < <

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *