Cultiver plusieurs végétaux en étages au love milieu en ville pour en nourrir l’ensemble des habitants, ce n’est plus en fiction. À Singapour, c’est du concret. Lyon s’y met cet été. Tandis qu’à Nantes, La Florentaise fabrique déjà l’ensemble des équipements modulables et que Bonduelle veterans administration tester l’industrialisation de ces légumes plusieurs villes. L’ensemble des prémisses d’une révolution agricole ?

1. En fiction à la réalité. Plusieurs étapes ont été récemment franchies. À Singapour et Vancouver (Canada), on récolte plusieurs salades et brocolis en plein coeur en ville depuis deux à trois ans. En France, différents projets sont en cours de concrétisation. Au Nord de Nantes, l’entreprise La Florentaise vient tout juste d’achever la fabrication d’un module pilote de dix étages en aluminium. Jean-Pascal Chupin, le P-DG en société ligérienne s’apprête à le transférer dans boy center de recherche et de développement à Saint-Mars du Désert (44). « Nous commencerons l’ensemble des premiers tests au début du deuxième trimestre. » À Lyon, le projet FUL comme Ferme urbaine lyonnaise devrait obtenir sa première récolte cette année. Tandis qu’à Romainville, l’ensemble des salades sont programmées pour 2017. 2. Culture hors-sol. « L’ensemble des fermes verticales sont plusieurs immeubles à étages productifs dans leur conception d’origine componen l’ensemble des pionniers comme Dickson-Despommiers suivi componen l’architecte urbaniste Vincent Caillebaut » explique Christine Aubry d’Agroparistech. « Plusieurs serres superposées qui bénéficient comme à Singapour en lumière du soleil. Ou peut-rrtre un indoor, quand on récupère plusieurs bâtiments tels l’ensemble des hangars de Boeing à Chicago pour produire plusieurs salades et plusieurs aromatiques sous la lumière plusieurs leds ». La technique utilisée est déjà connue pour l’ensemble des tomates et l’ensemble des fraises cultivées sous serre, notamment dans le Nord-Finistère. « Dans la majorité plusieurs projets, il s’agit d’hydroponie. Le végétal est dans united nations substrat neutre (fibre de coco ou peut-rrtre un tourbe) et l’eau chargée de nutriments favorise la croissance. Parfois, l’ensemble des végétaux sont cultivés sur plusieurs matières organiques issues plusieurs déchets en ville ». 3. Vers l’autarcie plusieurs villes ?
L’ensemble des fermes verticales ont plusieurs atouts indéniables. Elles réduisent le transport entre zones de production et zones de consommation. United nations argument de poids pour l’ensemble des mégapoles d’Asie ou peut-rrtre un d’Amérique du Nord. A peine cueillis l’ensemble des végétaux sont disponibles à la consommation coupés ou peut-rrtre un encore avec leurs racines. L’ensemble des récoltes sont plus fréquentes et moins soumises aux aléas climatiques. L’ensemble des premiers retours sur expérience font état d’une consommation d’eau (-ninety percent) bien inférieure sans utilisation de produits phytosanitaires (-ninety percent). Et l’ensemble des cultures sont moins consommatrices de surfaces au sol souvent en concurrence avec l’ensemble des zones urbaines. 4. Une révolution agricole ?
En ce temps de crises agricoles est-ce une alternative à l’agriculture plusieurs champs ? Certainement pas assurent l’ensemble des spécialistes. Christine Aubry y voit une forme de complémentarité et surtout united nations moyen de rapprocher l’agriculture plusieurs urbains componen la pédagogie (Romainville). L’enseignante-chercheuse souligne aussi que le procédé n’a de sens que dans l’ensemble des villes à forte densité. Villes où justement l’ensemble des terrains sont rares et chers, sauf à s’installer dans plusieurs friches industrielles. Séduisante pour l’ensemble des urbains, l’hydroponie ne permet pas toutes l’ensemble des cultures et notamment celle plusieurs céréales beaucoup trop exigeantes en eau. Quant à l’élevage en étage, il se cantonne pour l’instant aux poissons. 5. Ne pas insulter l’avenir. Pourtant l’ensemble des grands groupes de l’agroalimentaire s’y penchent. À Lyon, Bonduelle est partenaire du projet FUL. « Nous voulons tester l’industrialisation de ce type de légumes dans notre usine voisine ». InVivo (Theix-56) est aussi impliqué dans la réflexion sur l’ensemble des fermes verticales. Plusieurs investisseurs privés (Lyon) n’hésitent pas à contribuer financièrement aux projets. Et Jean-Pascal Chupin se voit déjà exporter ses modules « vers l’ensemble des pays où le climat empêche toute production maraîchère, comme le Golfe »…

Lire aussi

&#13

&#13

&#13

&#13


Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *