Pour clore la Fashion Week parisienne, l’ensemble des designers ont poussé, mercredi 5 octobre, la créativité à l’extrême.

Louis Vuitton.

C’est à ses maisons de high fashion que Paris doit boy statut historique de « capitale en mode ». A la fin du XIXe siècle, le Français d’origine britannique Charles Ernest Worth donne naissance à la version moderne de cette discipline. Bientôt plusieurs clientes du monde entier se bousculent dans l’ensemble des salons de Paul Poiret, plusieurs sœurs Callot, Jean Patou, Madeleine Vionnet, Jeanne Lanvin, Gabrielle Chanel, Elsa Schiaparelli, Cristobal Balenciaga, etc. Chaque génération a ensuite révélé de nouvelles signatures qui ont fait et font encore briller cet exercice hautement technique. Si, aujourd’hui, la high fashion est une bulle de plus en plus fragile dans l’ensemble des calendriers en mode, boy esprit continue d’imprégner la création parisienne et le prêt-à-porter d’un certain sens en sophistication.

On retrouve cet esprit chez Lv, où le directeur artistique Nicolas Ghesquière adopte une ligne couture, inspirée en féminité parisienne. En monumentale Fondation Lv signée Frank Gehry, boy défilé déménage dans la future boutique en griffe à l’angle en place Vendôme, temple en joaillerie française où brillèrent nombre de grands couturiers. Connu pour sa vision avant-gardiste peaufinée chez Balenciaga (maître en couture architecturée), le créateur travaille cette saison une toute nouvelle allure aux résonances années 1980 revisitées, entre glamour et esprit rock.

Dans united nations registre beaucoup plus sportif, Moncler Gamme Rouge est considéré comme la ligne couture d’une marque originellement dédiée au ski. L’Italien Giambattista Valli qui signe ces collections est rompu à l’exercice en high fashion grâce à sa propre ligne qui défile à Paris. Ses silhouettes Gamme Rouge qui évoluent ici dans united nations décor de désert subsaharien associent divers univers : united nations certain hommage à la France à travers l’ensemble des couleurs en marque (touches bleu-blanc-rouge, liées aux origines en marque aujourd’hui entre l’ensemble des mains de l’Italien Remo Ruffini, business man créatif et amateur d’art), plusieurs képis d’officiers échappés de Fort Saganne et de très luxueuses broderies de fleurs qui s’alignent comme united nations jardin exotique miraculeux, en version 3D ou peut-rrtre un herbier sur ce vestiaire-oasis. Au final, ce sont ces effets raffinés qui font la saveur de cette ligne et sa réputation exclusive.

Moncler Gamme Rouge.

Aux robes mi-longues en jersey découpé sur la hanche succèdent plusieurs pantalons étroits ourlés de broderies vieil or, l’ensemble des minirobes à carrure graphique habillées de broderies platine sont plissées comme united nations bijou publish Art déco, l’ensemble des tee-shirts imprimés en tête de faune sculptée sur la façade de l’immeuble se portent avec plusieurs leggings de dentelle  l’ensemble des chemises de cuir extrafin réchauffent plusieurs silhouettes de néobourgeoises en veste à manches cloches et jupe croisée en prince-de-galles. L’ensemble des robes bustier en cuir aux reflets de carapace d’insecte attrapent la lumière comme l’ensemble des blousons en cuir lamé bleu électrique ou peut-rrtre un l’ensemble des blouses à carrures acérées entièrement tapissées d’or, tandis que l’ensemble des effets pois et plumetis sont rebrodés en blanc sur l’ensemble des longues robes kimono en mousseline noire. L’ensemble est très élaboré, comme si le créateur s’appliquait à réaffirmer le statut de griffe de luxe de Lv, ses effets couture et le caractère très élitiste et pointu de boy style.

Miu Miu.

Chez Miu Miu, l’exception est ailleurs : dans la drôle d’imagination en créatrice. Ses mannequins arborent avec naturel plusieurs bonnets de bain rétro ornés de grosses fleurs, plusieurs manteaux peignoirs dont la texture imite l’éponge à motifs psychédéliques. Plusieurs versions faussement sages (trench rayé sous united nations bustier volanté, ensemble short en maille rétro aux couleurs bonbons) aux silhouettes plus délirantes (motifs pop aux couleurs dissonantes sur plusieurs maillots de bain sixties, robe peignoir en brocart pad blanc et vieux rose ou peut-rrtre un bleu Wedgwood, effets drap de plage, claquettes à fleurs façon retour de health spa), l’improbable fonctionne vehicle il sera parfaitement dosé et maîtrisé. On tangue avec plaisir entre Palm Springs, Meurtre au soleil, avec Hercule Poirot, et « Twin Peaks » en touches.

En plus de produire plusieurs vêtements efficaces quand on écarte l’ensemble des effets de stylisme nécessaires à l’exercice du défilé, Miuccia Prada s’évade loin, très loin du premier degré. Sa liberté de penser est le plus grand luxe qu’elle puisse partager avec la mode et boy public.

Lire aussi :   Paris, capitale en mode du futur

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *