Le parcoursL’ensemble des organisateurs de Paris-Tours ont rallongé le parcours de 21 kilomètres pour le faire passer à 252 kilomètres, et correspondre au format du Championnat du monde (257 km), le 16 octobre, à Doha, au Qatar. Mais voilà que la distance du Mondial pourrait être sensiblement réduite (257 km) pour préserver la santé plusieurs coureurs en cas de très fortes chaleurs (plus de 35 degrés). Pour favoriser une arrivée au sprint, l’ensemble des côtes de Love-Soleil et de l’Épan qui hérissaient le final (la côte de Crochu, à 25 km de l’arrivée, a été conservée), ont été supprimées. United nations désavantage pour plusieurs puncheurs comme le champion olympique Greg Van Avermaet et le tenant du titre Matteo Trentin.
La météoSans être violent, le vent sera favorable à Paris-Tours. Là encore, ce sera une bonne répétition en prévision plusieurs bordures dans le désert qatari. En revanche, united nations choc thermique attend l’ensemble des coureurs (qui, pour une grande partie, seront munis de manches longues au départ de Dreux) entre la quinzaine de degrés durant la traversée en Beauce et en Touraine, et environ trente-cinq degrés dans le Golfe arabique.
L’ensemble des sprinteursAprès deux semaines sans courir (problèmes intestinaux), Mark Cavendish est de retour, in extremis, pour préparer le Mondial. En catégorie plusieurs sprinteurs sont présents Nacer Bouhanni, Arnaud Démare, Bryan Coquard, Caleb Ewan, Tom Boonen, Fernando Gaviria, Elia Viviani, Daniel McLay, Mike Bennett… L’ensemble des absents : Alexander Kristoff, André Greipel, Marcel Kittel, Peter Sagan, John Degenkolb, Dylan Groenewegen, Sonny Colbrelli…
L’ensemble des FrançaisL’ensemble des meilleures chances françaises reposent sur Arnaud Démare (vainqueur de Binche-Chimay-Binche, mardi) et Nacer Bouhanni (lauréat du Tour de Vendée, dimanche dernier) qui sont accompagnés plusieurs coureurs de leurs équipes FDJ et Cofidis (trois pour chacun d’entre eux), sélectionnés au Mondial. Non retenu componen Bernard Bourreau, Bryan Coquard disputera sa dernière course en 2016. «Il n’est tout simplement pas dans sa forme du début de saison, reconnaît le directeur sportif de Direct Energie, Lylian Lebreton, mais, dans l’équipe, le mot d’ordre est clair : du premier au dernier km en saison, on fait le truc à fond, peu importe la place…»
Une passion belgeOn sait déjà que l’ensemble des Belges, qui ne disposent plus d’un très grand sprinteur (la pointe de vitesse de Boonen est émoussée) veulent faire exploser le peloton dans le désert qatari, dimanche prochain. En attendant, plusieurs pointures flamandes participent à Paris-Tours, une course qu’elles respectent énormément. «Pour moi ça reste la ”vraie” classique, elle mériterait le World Tour, milite Hendes De Clercq, le directeur sportif de l’équipe Topsport Vlaanderen. Deux cent cinquante kilomètres, ça me rappelle l’ensemble des Paris-Tours du passé.» Sélectionnés dans l’équipe de Belgique pour le Mondial, le champion olympique Greg Van Avermaet (lauréat en 2011) et Tom Boonen disputeront l’épreuve. Le dernier vainqueur belge (en 2014), Jelle Wallays, est également au départ.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *