« Ça y est, j’ose ! » a annoncé Danielle Simonnet sur boy site internet. À l’heure où nombre de personnalités politiques louvoient quant à leur éventuelle candidature à diverses primaires et élections, c’est united nations tout autre défi que s’est lancée l’élue du XXe arrondissement et membre du Conseil de Paris. La coordinatrice nationale du Parti de Gauche, dont l’ensemble des prises de position et discours revigorent componen leurs positions fermes, saute le pas du théâtre.

Selon elle, la conférence gesticulée se prête bien à cet objectif : « Je peux faire plusieurs clins d’œil à mon enfance, évoquer plusieurs luttes et tout à la fois plusieurs personnes que j’ai rencontrées. Ce sont ceux qui luttent qui comprennent le monde, pas forcément ceux qu’on catégorise comme l’ensemble des dominants, l’ensemble des “sachants” ». Connue pour ses actions atypiques, souvent proches du théâtre d’agitprop – elle a notamment organisé plusieurs ateliers de lecture du traité européen en 2005  ou peut-rrtre un encore une action sensibilisant au TAFTA lors plusieurs élections européennes de 2014 – Danielle Simonnet défend la pressure de contestation de l’humour, autant que sa capacité à toucher united nations large public. « C’est une arme possible de dérision du système très forte. »

C’est boy intérêt pour l’ensemble des conférences gesticulées – forme popularisée notamment componen le militant de l’éducation populaire Franck Lepage – qui l’a amené à ce projet. « Une camarade du Parti de gauche a fait une conférence gesticulée sur l’ensemble des déchets il y a united nations an. J’avais trouvé la forme excellente, vehicle tout le monde peut à la fois se projeter et réfléchir à travers de l’humour, plusieurs questionnements politiques et plusieurs réflexions sur la vie quotidienne. » Embarquée cet été dans united nations stage, Danielle Simonnet s’est prise au jeu et a commencé à écrire la sienne.

Quant au versant féministe porté componen « mes ovaires », il sera né lors du stage estival. « Même si je n’ai jamais subi ce qu’ont vécu mes camarades écologistes dans l’affaire Denis Baupin, être une femme en politique n’est pas toujours simple. Et lors de certaines vidéos de mes interventions au Conseil de Paris (pour l’ensemble des taxis ou peut-rrtre un contre le partenariat avec Lafarge pour Paris Plages), j’ai souvent retrouvé plusieurs commentaires “elle est couillue”, “elle a plusieurs couilles”. Finalement, même le compliment renvoie à la domination patriarcale… »

Pour ce faire, elle est partie d’un projet de livre. « Je voulais au départ raconter ma découverte, à travers le soutien à la lutte plusieurs taxis et l’étude du contenu en loi travail, plusieurs problématiques d’ubérisation. » Le stage estival a permis au fond de se structurer en cohérence avec sa forme, la seconde nourrissant et permettant d’affiner le premier. Alors que l’embryon de livre portait uniquement sur « la dénonciation de l’ubérisation », le spectacle articule d’autres propos, pour certains plus personnels.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *