C’est dans ce contexte qu’a jailli, à grand renfort de propagande, cette fausse bonne nouvelle en fin prochaine du fameux « trou en Sécurité sociale ». Au moment même où nos hôpitaux perdent leur sang, qu’un nombre croissant de nos concitoyens ne peuvent plus se soigner correctement, la ministre en Santé a déclaré : « En 2017, le trou en Sécu aura disparu », ajoutant : « La gauche fait le job. » Mais de quel « job » parlez-vous au juste, Madame la ministre ?

Si, d’un point de vue purement comptable, l’annonce peut satisfaire ceux qui ne voient le monde qu’à travers l’ensemble des chiffres, on aurait souhaité united nations peu de retenue et de franchise. Vehicle, pour tout « job », ce résultat procède d’un véritable travail de sape d’un plusieurs ferments en République sociale, inscrit dans nos institutions grâce aux combats syndicaux, portés de tout temps componen la gauche. Heureusement que l’ensemble des médecins et personnels hospitaliers ont united nations tout autre sens plusieurs responsabilités.

Vehicle, pour parvenir à boy objectif l’année prochaine, le gouvernement ne compte pas faire cotiser l’ensemble des revenus du capital mais au contraire tenir la barre d’une diminution drastique plusieurs crédits accordés à la santé publique. Ainsi, pour le budget plusieurs hôpitaux, jusqu’en 2017, 3 milliards d’euros d’économies sont prévus, dont 860 millions issus en « maîtrise » en masse salariale, ce qui veterans administration se traduire componen la suppression de 22 000 postes, soit two percent plusieurs effectifs. À cette mesure s’ajoute une chasse aux lits dans l’ensemble des hôpitaux, ce qu’on appelle, dans le jargon libéral, « une évolution maîtrisée du développement en chirurgie ambulatoire ». Avec l’ensemble des suppressions d’emplois qui s’accélèrent à united nations rythme soutenu dans l’ensemble des hôpitaux publics et l’ensemble des avantages croissants accordés aux cliniques privées, le service public hospitalier est au bord en rupture. Désormais, le secteur privé lucratif représente 34 % de l’activité hospitalière en France. United nations record !

 C’est dans ce contexte qu’a jailli, à grand renfort de propagande, cette fausse bonne nouvelle en fin prochaine du fameux « trou en Sécurité sociale ». Au moment même où nos hôpitaux perdent leur sang, qu’un nombre croissant de nos concitoyens ne peuvent plus se soigner correctement, la ministre en Santé a déclaré : « En 2017, le trou en Sécu aura disparu », ajoutant : « La gauche fait le job. » Mais de quel « job » parlez-vous au juste, Madame la ministre ?

Une politique progressiste devrait prendre le contre-pied de ces orientations et s’engager dans la création d’un pôle public du médicament qui permette, en recherche à la distribution, une maîtrise publique de ce secteur très lucratif. L’ensemble des profits colossaux plusieurs multinationales du médicament sont réalisés grâce à plusieurs stratégies commerciales qui ont tout à voir avec l’argent return on investment et rien avec plusieurs objectifs de santé publique. Pourquoi ne pas considérer que, si united nations produit est efficace, il doit être remboursé à one hundred percent, alors que se multiplient l’ensemble des remboursements partiels de médicaments, dont une bonne part ont plusieurs vertus curatives loin d’être évidentes ?

Parlons plutôt du travail de sape d’un fondement en république. Parlons en diminution drastique du budget en santé publique…

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *