La défaite dans la gloire ! Il n’y avait qu’une compagnie basée à Waterloo, dans l’Ontario, pour transcender une débâcle annoncée. C’est au moment où l’affaire plusieurs e-mails de Hillary Clinton l’a fait entrer définitivement dans l’histoire que BlackBerry sort de sa fabrication. Le canadien la sous-traitera désormais à united nations gros électronicien indonésien, tout en continuant à équiper l’ensemble des téléphones de ses logiciels et de ses services. Ses qualités de « grognard » en technologie n’auront pas empêché le PDG, John Chen, de perdre trois ans à s’arc-bouter sur ce dernier carré avant de devoir se rendre à l’évidence. Au rythme actuel, il s’écoule united nations BlackBerry pour 100 iPhone vendus. A raison d’une attrition de 100.000 livraisons componen trimestre depuis united nations an, sa part du marché plusieurs smartphones serait tombée à zéro d’ici à douze mois, en emportant ce qu’il reste de l’entreprise. Sur six mois, sa perte nette dépasse le milliard de dollars pour à peine plus de 700 millions de chiffre d’affaires. John Chen continue de clamer la valeur recelée dans l’ensemble des brevets et l’ensemble des savoir-faire de l’ex-success-story en high-tech, mais l’ensemble des comptes montrent plutôt une déroute : 500 millions de dollars de dépréciations d’actifs au premier semestre. La sous-traitance lui permet néanmoins de relever l’ensemble des prévisions financières annuelles et d’envisager d’approcher l’équilibre hors charges exceptionnelles. Avec encore 1,2 milliard de cash internet, la vieille garde a de quoi voir venir…

Tags:

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *