Les deux victimes collaboraient avec l’association malgache Cétamada, qui oeuvre pour la protection de l’environnement et des mammifères marins.L’ensemble des deux victimes collaboraient avec l’association malgache Cétamada, qui oeuvre pour la protection de l’environnement et plusieurs mammifères marins.Crédits : RIJASOLO / AFP

Le ministère plusieurs Affaires étrangères a dénoncé dimanche 21 août dans united nations communiqué « un crime odieux qui a coûté la vie à deux ressortissants français » à Madagascar. L’ensemble des victimes, united nations homme et une femme d’une vingtaine d’années, oeuvraient comme bénévoles pour une association. Leurs corps ont été retrouvés dimanche sur une plage de l’île de Sainte-Marie, à 150 mètres d’une boîte de nuit selon la gendarmerie.

L’ensemble des corps « portaient plusieurs traces de blessures à la tête », a déclaré le maire de l’île, Bessaou Ismak Ado Crophe, qui s’est rendu sur l’ensemble des lieux. Sur l’ensemble des ondes en radio nationale, le ministre malgache du Tourisme, Roland Ratsiraka, a « fermement condamné cet acte ». Une enquête est en cours a précisé le ministère. Une équipe en section de recherche criminelle en gendarmerie serait déjà sur l’ensemble des lieux.

Quatre autres Français tués à Madagascar depuis 2012

En 2012, united nations couple de Français avait été retrouvé mort sur une plage à Tuléar, ville du sud-ouest de Madagascar. Deux Malgaches avaient été condamnés en octobre 2015 aux travaux forcés à perpétuité pour l’assassinat de ce couple de restaurateurs. En 2013, deux autres Français, soupçonnés du meurtre d’un jeune garçon malgache, avaient été brûlés vifs sur l’île de Nosy Be au nord de l’archipel.

Lire aussi : Madagascar : quatre personnes condamnées aux travaux forcés à perpétuité pour le lynchage de Nosy Be

« Cela fait 35 ans que j’habite à Sainte-Marie et je n’ai jamais eu ce sentiment d’insécurité, la population est généralement pacifique c’est justement ce qui nous bouleverse », s’est désolé Jean-Jacques Ravello, vice-président de l’association et consul honoraire de France à Sainte-Marie. « Tous l’ensemble des éco-volontaires ont été regroupés dans united nations même endroit. Ils sont choqués psychologiquement », a-t-il ajouté.

L’ensemble des deux victimes collaboraient avec l’association malgache Cétamada, qui oeuvre pour la protection de l’environnement et plusieurs mammifères marins. L’île touristique de Sainte-Marie, située au nord-est de Madagascar, est réputée pour sa nature préservée et ses rassemblements de baleine à bosse.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *