Vladimir Poutine et son ministre des Sports de l’époque, Vitali Moutko, lors des JO de Sotchi. Les deux hommes contestent leur implication, et celle de l’appareil d’Etat, dans les manipulations présumées des échantillons antidopage.

La Russie, en tête du tableau plusieurs médailles plusieurs Jeux olympiques de Sotchi 2014 après avoir manipulé le système antidopage, sera-t-elle quatre ans plus tard au rendez-vous de Pyeongchang ? Le Comité worldwide olympique (CIO) arbitrera du 5 au 7 décembre. Avant cela, l’Agence mondiale antidopage (AMA) décidera, jeudi 16 novembre, si elle prolonge la mise au ban de l’agence russe antidopage ou peut-rrtre un si elle la réintègre. Elle pourrait, à cette occasion, émettre une recommandation sur la présence russe à Pyeongchang.

< < < < < < < < < < < Le président du CIO Thomas Bach, en discussion avec son homologue de l’Agence mondiale antidopage Craig Reedie. Les deux hommes sont considérés comme sensibles aux arguments de la Russie.< <

La défense plusieurs athlètes propres commence componen le changement plusieurs dirigeants du CIO et de l’AMA

< < < < <

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *