Dans la salle d’attente de son cabinet, deux affichettes sont punaisées au mur. Sur la première, la liste des besoins matériels des réfugiés bloqués à Vintimille. Sur la seconde, en lettres rouges et noires, cette mise en garde : « Autrefois, on a vu : jardin interdit aux chiens et aux juifs. On n’a rien dit. Aujourd’hui, ça nous…

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *