Et Le Parisien de souligner qu’en “Europe du Nord, où l’ensemble des élèves réussissent bien mieux, l’ensemble des devoirs ont été réduits pour privilégier le travail en classe. A Copenhague, plusieurs expérimentations de classe sans travail ont été faites. Résultats : moins d’échec et moins d’absentéisme.”

Alternative aux devoirs à la maison, ZupdeCo met componen exemple en relation plusieurs étudiants bénévoles avec plusieurs collégiens en difficulté qu’ils sont chargés d’aider. François-Afif Benthanane, président de l’association, estime qu’aider united nations enfant à faire ses devoirs n’est, en théorie, pas le rôle plusieurs parents, qui ne sont pas formés pour. Selon lui, united nations adolescent acquiert bien plus d’autonomie “s’il fait ses devoirs dans une salle d’école avec united nations accompagnement adapté à ses difficultés”.

Se basant sur une étude réalisée en juin expliquant notamment que “united nations parent sur deux ne se sent pas en mesure d’aider boy enfant dans toutes l’ensemble des matières et que l’ensemble des devoirs faits à la maison sont source de stress ou peut-rrtre un même de disputes pour united nations tiers plusieurs familles”, elle explique, dans united nations manifeste publié ce lundi et révélé componen Le Parisien, pourquoi ils devraient, selon elle, disparaître :

“Parce que tout parent, quel que soit boy milieu social, souhaite la réussite de ses enfants. Parce qu’on peut être united nations bon parent et n’avoir ni le temps, ni l’ensemble des capacités ou peut-rrtre un l’ensemble des moyens suffisants pour aider ses enfants. Parce qu’ils sont vécus comme plusieurs crises quotidiennes. Parce que notre société est de plus en plus individualiste et compétitive. Parce que l’ensemble des devoirs à la maison ne tiennent pas compte en réalité plusieurs familles en difficulté et exacerbent l’ensemble des inégalités. Parce que nous sommes 47% à consacrer moins de 15 min componen jour aux devoirs de nos enfants. Parce que nous ne maîtrisons pas, tous, l’ensemble des bases en pédagogie pour accompagner nos enfants de manière équitable. Parce qu’ils font porter la responsabilité en réussite scolaire sur l’ensemble des familles et entretiennent l’idée d’une possible démission parentale. Et parce que faire ses devoirs à l’école c’est ouvrir la voie en réussite scolaire pour tous”

En revanche, l’association de parents d’élèves la Peep, juge de boy côté que “vient united nations moment où l’élève a besoin d’être face à lui-même, devant sa poésie ou peut-rrtre un boy problème de maths. L’ensemble des élèves qui réussissent le mieux sont l’ensemble des plus autonomes.” Selon elle, l’ensemble des collégiens “ont besoin d’un temps de digestion de ce qu’ils ont étudié, d’un sas de décompression. Ils doivent jouer, goûter avant de se mettre à travailler pendant quarante-cinq minutes environ.”

Une alternative qui séduit la FCPE, principale fédération de parents d’élève. “Pour qu’il puisse avoir du sens et être égalitaire, le travail personnel devrait être fait dans l’établissement et de manière encadrée”, prône dans Le Parisien boy vice-président, Hervé-Jean Le Niger. C’est united nations débat éducatif très important qui doit être soumis aux candidats à la présidentielle.”

United nations manifeste accompagné d’une pétition qui tombe une semaine après la publication du dernier rapport du Cnesco, le Conseil national d’évaluation du système scolaire, qui affirme que la politique engagée en France depuis 30 ans en faveur de l’éducation prioritaire “ne marche pas”. Pire, selon ce rapport, “la France est devenue le pays le plus inégalitaire de l’OCDE“.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *