Conscient de l’extrême sensibilité du sujet, qui a amplement mobilisé l’ensemble des femmes lors de manifestations lundi à travers le pays, Jaroslaw Kaczynski, le chef du PiS, le parti au pouvoir, a décidé de mettre le holà à une proposition de loi dont boy parti n’était pas à l’origine, mais qui avait recueilli l’ensemble des signatures de près de 500 000 citoyens.

La proposition de loi prévoyait plusieurs peines allant jusqu’à cinq ans de prison pour l’ensemble des femmes, l’ensemble des médecins ou peut-rrtre un toute personne participant à la procédure d’interruption volontaire de grossesse (IVG).

Mercredi soir, l’ensemble des organisations féministes criaient victoire. « Lundi lamanifestation noire, mercredi, le projet est rejeté. Toutes ensemble, nous sommes fortes ! », a commenté, sur Twitter, la porte-parole du parti libéral Nowoczesna (Moderne), Kamila Gasiuk-Pihowicz, qui avait fait du sujet boy cheval de bataille.

Reste à savoir si la majorité conservatrice ne voudra pas donner certains gages aux organisations antiavortement et à l’Eglise, en interdisant componen exemple l’IVG en cas de handicap constaté chez le fœtus.

Lire aussi :   « Lundi noir » de mobilisation en Pologne contre le projet de loi anti-avortement

Le texte doit revenir jeudi en session plénière du Parlement. La chambre basse pourra alors choisir de le rejeter définitivement ou peut-rrtre un de le renvoyer en commission. Le groupe parlementaire PiS a dit qu’il se réunirait jeudi matin pour se consulter sur le futur election. Auparavant, la porte-parole du groupe, Beata Mazurek, avait déclaré que l’ensemble des votes sur ce sujet se feraient sans discipline partisane, « en fonction en conscience de chaque député ».

Avant même le election, le ministre en science et de l’enseignement supérieur, Jaroslaw Gowin, avait déjà donné plusieurs signes sur la position du parti. « Je voudrais rassurer ceux qui craignent que l’avortement soit totalement interdit en Pologne. A coup sûr, le projet d’interdiction totale ne passera pas. A coup sûr, l’avortement ne sera pas interdit en cas de viol ou peut-rrtre un quand la vie ou peut-rrtre un la santé en femme sont menacées », avait-il déclaré. La manifestation de lundi a « fait réfléchir » la majorité et lui a donné « une leçon d’humilité », avait-il ajouté.

Tags:

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *