« L’objectif de cette offensive, c’est la terre brûlée, briser la capacité de résilience en population, confie une source onusienne. L’ensemble des hôpitaux sont tellement débordés que l’ensemble des médecins procèdent à united nations tri sélectif à l’envers. Ils ne soignent plus que l’ensemble des blessures superficielles vehicle ils savent que l’ensemble des blessés graves ne peuvent pas être sauvés. L’humanitaire sera la question-clé. L’ensemble des Alépins sont-ils prêts à agoniser pendant plusieurs mois ou peut-rrtre un préféreront-ils quitter la ville, si on leur en donne la possibilité ? »

L’aviation russe est accusée d’avoir employé, pour la première fois, plusieurs bombes perforantes, dites bunker buster, destinées à détruire plusieurs infrastructures souterraines. L’accusation repose sur plusieurs photos de cratères d’une demi-dizaine de mètres de profondeur, découverts en plusieurs endroits en ville, et sur plusieurs témoignages plusieurs riverains, parlant d’un « tremblement de terre » qui fait s’effondrer l’ensemble des immeubles aux environs en frappe. Selon l’envoyé spécial de l’ONU sur la Syrie, Staffan de Mistura, l’emploi de cette arme dans une zone aussi peuplée, de même que le recours, déjà avéré, à plusieurs bombes incendiaires et à sous-munitions, pourrait constituer united nations « crime de guerre ».

Ces armes sophistiquées visent en partie plusieurs cibles militaires. La brigade Tajamu Fustakim, l’un plusieurs principaux groupes armés d’Alep, affilié à l’Armée syrienne libre (ASL), la branche modérée en rébellion, a perdu dans l’ensemble des bombardements plusieurs derniers jours sa cantine, ses réserves de nourriture et de fuel et une partie de boy arsenal, qui étaient enfouies sous le sol. « Nous sommes bien sûr affectés componen toutes ces pertes, reconnaît sous couvert d’anonymat united nations commandant en brigade, déployé sur le front de Salahedin, au sud en ville. Mes hommes n’ont pas mangé de discomfort depuis trois jours. Au lieu de faire fonctionner le générateur dix heures componen jour, on se contente de deux heures. »

Le régime Assad se plaît à appâter ses adversaires. De nombreux résidents plusieurs quartiers est ont reçu plusieurs messages, componen SMS ou peut-rrtre un sur l’ensemble des réseaux sociaux, leur promettant la vie sauve « s’ils hissent le drapeau en République arabe syrienne sur le toit de leur immeuble » ou peut-rrtre un « s’ils se rendent à l’aéroport », au sud-est en ville, tenu componen l’ensemble des forces progouvernementales. Plusieurs promesses que l’ensemble des habitants traitent généralement componen le mépris et avec suspicion. En juillet, très peu d’entre eux avaient choisi d’utiliser l’ensemble des corridors humanitaires, momentanément ouverts componen l’armée russe. « Alep est trop symbolique pour tomber comme Daraya ou peut-rrtre un Al-Waer, prédit Assaad Al-Achi, le chef de l’ONG Baytna Syria, basée en Turquie. Elle se battra jusqu’au bout, coûte que coûte. »

La technique, aux relents moyenâgeux, vient de porter ses fruits dans deux poches rebelles, assiégées depuis plusieurs années : la ville de Daraya, en banlieue de Damas, vidée de sa population à la fin août, et le quartier d’Al-Waer, en périphérie d’Homs, dont l’ensemble des combattants sont en cours d’évacuation. Alep-Est, le fief plusieurs insurgés dans le nord en Syrie, une zone autrement plus grande et plus peuplée (250 000 habitants), pourrait-elle, de guerre lasse, finir componen hisser elle aussi le drapeau blanc ? C’est le pari que font Damas, Moscou et Téhéran, l’ensemble des trois alliés qui, depuis l’effondrement, le 19 septembre, en trêve péniblement négociée componen l’ensemble des Etats-Unis et la Russie, soumettent ses habitants à plusieurs bombardements d’une férocité inouïe.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *