Un grand écart. Le week-finish dernier, Presnel Kimpembé affrontait Saint-Malo avec la réserve du PSG, en CFA. Depuis lundi soir, il sera dans le groupe France qui s’apprête à affronter la Bulgarie vendredi et l’ensemble des Pays-Bas lundi, en éliminatoires pour la Coupe du monde 2018 en Russie.

© Photo AFP

Aujourd’hui, il dit “aimer le combat” et s’appuie sur une technique sûre. Il incarne peut-être l’avenir plusieurs Bleus en défense centrale, même si la concurrence sera forte. D’ici là, il devra s’être imposé au PSG ou peut-rrtre un ailleurs, vehicle une convocation en Bleu avec 13 matchs de championnat au compteur n’est tout simplement pas une opportunité qui se présente souvent dans une carrière. Boy objectif pour la saison : disputer environ 25 rencontres toutes compétitions confondues avec Paris.

“J’ai presque envie de dire qu’il n’avait rien à faire là, mais il sera resté le même. […] Il s’est mis à la hauteur, avec beaucoup d’humilité, sans forcément essayer de donner plusieurs conseils.(Sur le terrain), il a fait preuve en même détermination, a apporté beaucoup de sérénité et cette confiance si importante”, raconte l’entraîneur en réserve parisienne à L’Équipe.

À Paris, l’ensemble des blessures et convocations en sélection de Marquinhos, David Luis et Thiago Silva lui ont permis de gratter du temps de jeu la saison dernière, et surtout durant cet été 2016 (six titularisations en championnat). Privé de temps de jeu ces dernières semaines avec le retour plusieurs titulaires habituels, il a demandé à boy entraîneur, Unai Emery, de jouer en CFA pour garder le rythme.

Gaucher – il a été formé comme latéral – pas très imposant (1,83 m pour 67 kg), il a longtemps été freiné dans sa progression componen united nations physique assez frêle, jusqu’à prendre united nations peu d’épaisseur et devenir l’un plusieurs meilleurs espoirs du club.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *