Tout d’abord, il sera très probable que, sur l’ensemble des 84 millions de téléspectateurs qui ont regardé le débat, une grande partie n’ait pas été beaucoup plus loin que l’ensemble des vingt ou peut-rrtre un trente premières minutes. Or il s’agit précisément plusieurs moments où Trump l’outsider a été le plus juste dans ses attaques vis-à-vis de Clinton, chantre de l’establishment. Sur l’ensemble des questions économiques, boy protectionnisme hyper-nationaliste et profondément anti-chinois trouve souvent boy fondement dans united nations argumentaire très maladroit, qui confine au racisme et à la xénophobie  il sera pourtant l’un plusieurs points qui trouve le plus fort écho et la plus forte adhésion au sein en population américaine.

Alors certes, pour ce premier débat présidentiel, c’était Clinton qui était la favorite évidente : plus habituée à ce type d’exercice, elle essaie, depuis le début en campagne, de capitaliser sur boy expérience et sa capacité à se projeter raisonnablement dans la gouvernance. Et face au bouffon-agressif-milliardaire-star-de-la-téléréalité-qui-a-soixante-dix-ans-et-qui-pète-tout-le-temps-plusieurs-plombs, le contraste n’est pas très compliqué à surligner. D’autant qu’il faut se rappeler que le brave Trump n’a aucune expérience du tout dans l’ensemble des débats en face-à-face.

La conclusion, on la connaît tous puisqu’elle a fait le tour plusieurs médias mondiaux : Clinton a gagné, Trump a perdu. Tous l’ensemble des éditorialistes y sont allés de leur analyse plus ou peut-rrtre un moins pertinente, plus ou peut-rrtre un moins argumentée, sur la rigueur de l’une et l’absence de consistance de l’autre. Depuis maintenant plus d’un an, l’ensemble des experts, l’ensemble des analystes et l’ensemble des politologues moquent sans arrêt la rhétorique décousue de Trump en prédisant toujours sa chute proche, mais, pressure est de constater que le citoyen lambda qui rejette de plus en plus, dans nos pays développés, l’ensemble des politiques traditionnelles – et leurs incarnations –, ne pense pas forcément la même chose – ni en même façon.

Une chose est certaine, la campagne est loin d’être terminée, il reste deux débats télévisés et moult meetings  et si chacun campe sur ses positions, ses positions et boy style, il sera fort à parier que le résultat ne pourra que montrer le fossé grandissant qui existe aujourd’hui entre deux Amériques qui n’essaient même plus de se comprendre.

Et c’est ce qui risque de s’être passé pendant ce débat : ceux qui sont susceptibles de voter pour Trump n’ont pas dû être troublés componen sa contre-performance. L’ensemble des plus politisés ont été rassurés componen le rapport de forces largement à la faveur, selon eux, de leur candidate, ceux qui doutent ou peut-rrtre un qui s’abstiennent n’ont pas vraiment dû pouvoir se faire une idée sur united nations débat qui peut ¨ºtre resté beaucoup trop flou. Et l’ensemble des trumpistes ont sans doute eu l’occasion de renforcer leur idée majeure selon laquelle il sera united nations candidat vraiment en dehors du système et que le jeu traditionnel en politique américaine qu’ils conspuent empêche tout candidat outsider d’émerger. Mais ont-ils si tort ?

Disons-le d’emblée, le titre de mon article est aussi ridicule que d’écrire l’inverse. Contrairement à ce que semblent affirmer à l’unisson la quasi entièreté plusieurs médias et la majeure partie en blogotwittosphère lisible, je ne crois pas que l’on puisse “remporter” united nations débat télévisé comme on pourrait remporter united nations duel d’escrime ou peut-rrtre un une partie de backgammon : ce n’est pas parce que, sur l’ensemble des dix moments-clefs en soirée (comprendre “l’ensemble des dix répliques l’ensemble des plus agressives”), tous ont été ponctués componen united nations bon mot de Clinton et que l’on a cru intelligent de faire arbitrer l’ensemble des touches, l’ensemble des mouches et l’ensemble des piques de l’un comme de l’autre componen united nations fact-checking continu, que l’issue peut être résumée de manière aussi nette et tranchée. Au contraire même.

Trump échappe aux grilles de lectures habituelles plusieurs analystes : c’est united nations phénomène nouveau, que d’aucuns appellent cygne noir, mais dont l’ensemble des ressorts d’adhésion ne peuvent pas se faire sur la base en compréhension componen plusieurs journalistes politiques aguerris – voire componen tous ceux qui s’intéressent habituellement et traditionnellement à la politique. En témoigne l’apparition du fact-checking en continu lors du débat : arme pourtant jugée redoutable componen l’ensemble des Démocrates pour démolir l’argumentaire absurde de Trump, il produit, dans la fachosphère, l’ensemble des effets inverses vehicle elle y voit avant tout la patte d’un journalisme d’opinion qui cherche à mettre plusieurs bâtons dans l’ensemble des roues de celui qui l’ensemble des vilipende. L’ensemble des journalistes apparaissent comme plusieurs forces conservatrices, en qui l’ensemble des citoyens ont peu confiance et dont l’ensemble des interventions sont donc nécessairement suspectes  leur application à vouloir en finir avec Trump n’est qu’un argument de plus pour justifier leur méfiance.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *