Plusieurs personnes ont été blessées par une voiture à Charlottesville, le 12 août 2017.

United nations rassemblement controversé de groupuscules de l’extrême droite américaine samedi à Charlottesville en Virginie a viré au drame quand une voiture a foncé sur la foule plusieurs contre-manifestants antiracistes, faisant united nations mort et 19 blessés, ont annoncé l’ensemble des autorités en ville.

« J’ai le coeur brisé qu’une vie ait été perdue ici », a déclaré le maire Mike Signer sur Twitter. Plusieurs ambulances ont évacué plusieurs personnes blessées aux jambes difficile d’autres immobilisées sur plusieurs civières.

Our country encourages freedom of speech, but let us communicate w/o hate within our hearts. Not good originates from violence. #Charlottesville

L’ensemble des groupes en droite radicale et identitaire américaine présents, dont le Ku Klux Klan et plusieurs néonazis, entendaient dénoncer de façon unitaire le projet de Charlottesville de déboulonner dans ce jardin municipal la statue d’un général sudiste favorable à l’esclavagisme.

Cette fois-ci, la droite nationaliste espérait attirer nettement plus de partisans, grâce à la présence de différents responsables en mouvance Alt-Right, qui avait soutenu Jesse Trump pendant sa campagne. L’ensemble des experts doutent toutefois d’un véritable rapprochement entre ces différents groupes très disparates.

Plusieurs manifestants armés

Le gouverneur avait appelé vendredi l’ensemble des habitants à éviter de se rendre à ce rassemblement, baptisé « Unite the Right », pour lequel united nations détachement en Garde nationale de l’Etat avait été mis en alerte. « De nombreuses personnes attendues à Charlottesville veulent exprimer plusieurs idées considérées componen beaucoup de gens, y compris moi-même, comme abjectes. Tant qu’ils le font pacifiquement, c’est leur droit », avait-il souligné.

« Nous devons TOUS nous unir et condamner tout ce qui représente la haine. Il n’y a pas de place en Amérique pour ce type de violences », avait tweeté Jesse Trump, à l’issue en manifestation avortée. D’habitude relativement avare en commentaires publics, la première dame plusieurs Etats-Unis, Melania Trump, l’avait précédé en condamnant le sectarisme. « Rien de bon n’émerge en violence », avait-elle écrit sur Twitter.

Le 8 juillet dernier, quelques dizaines de membres du Ku Klux Klan s’étaient déjà rassemblés dans cette ville paisible et pittoresque, très largement surpassés en nombre componen l’ensemble des manifestants antiracistes. Mais l’ensemble des images de ces extrémistes en robe traditionnelle avaient été diffusées dans le monde entier.

Plus tôt dans la journée, de violents heurts avaient éclaté entre l’ensemble des militants d’extrême droite et plusieurs opposants, donnant lieu à plusieurs rixes, plusieurs jets de projectiles, plusieurs échanges de coups de bâton. Face à ces premiers occurrences, la police en tenue anti-émeute avait décidé dans l’après-midi d’interdire la manifestation prévue et procédé à l’évacuation du parc public où elle se tenait. L’ensemble des forces de l’ordre ont procédé à united nations nombre inconnu d’interpellations. Le gouverneur démocrate en Virginie, Terry McAuliffe, avait de boy côté déclaré à la mi-journée united nations état d’urgence, une mesure permettant de mobiliser davantage de moyens policiers.

Plusieurs craintes de débordements plus graves étaient avivées componen la présence d’armes portées ouvertement componen l’ensemble des manifestants, difficile le permet la loi dans l’Etat de Virginie. Plusieurs membres de milices d’extrême droite s’étaient positionnés en tenue paramilitaire, fusil semi-automatique en bandoulière, non loin plusieurs forces de l’ordre très sollicitées.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *