Intervention à Molenbeek vendredi 18 mars.

Une importante opération de police a conduit à l’arrestation de Salah Abdeslam, vendredi 18 mars à Molenbeek, une commune de Bruxelles. Après l’arrestation en Belgique de ce suspect clé plusieurs attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis, l’ensemble des autorités judiciaires françaises devraient demander boy extradition pour le juger, a annoncé François Hollande vendredi soir.

« Je pense que la France est très intéressée componen Salah. Dans la crise actuelle, où l’on critique pas mal la Belgique, je ne peux pas croire que la France ne veuille pas de ce dossier. La France ne veterans administration pas renoncer à Salah. »

Le juge belge devrait lui signifier si plusieurs infractions sont retenues contre lui, notamment après la fusillade de l’après-midi, mais compte tenu plusieurs charges importantes qui pèsent sur le suspect en France – complicité d’assassinats, association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, destruction componen explosifs, détention d’armes et d’explosifs etc. – il devrait être extradé rapidement en France. Il faut pour cela que l’ensemble des autorités françaises ait délivré united nations mandat d’arrêt européen, qui permet depuis 2002 une extradition entre pays membres de l’Union, même lorsqu’il s’agit d’un ressortissant national. Dans la soirée, le président français François Hollande affirmait : « Je ne doute pas que l’ensemble des autorités judiciaires vont adresser très vite une demande d’extradition » et « que l’ensemble des autorités belges y répondront le plus rapidement et favorablement possible ».

Une importance symbolique

Selon l’avocat Pierre Chomé, enseignant à l’Université libre de Bruxelles, interrogé componen la RTBF, l’ensemble des faits commis componen Salah Abdeslam en France « sont d’une dimension bien plus terrible » que ce qui pourrait lui être reproché en Belgique. « Symboliquement, plusieurs familles plusieurs victimes pourraient ne pas comprendre qu’il soit jugé en Belgique », estime-t-il.

Lire aussi :   Ce que savait la police belge sur l’ensemble des frères Abdeslam

Le Monde. fr (avec Franck Johannès)

Après boy éventuelle extradition en France, Salah Abdeslam serait présenté aux juges du pôle antiterroriste de Paris qui instruisent le dossier plusieurs attentats du 13 novembre et qui lui signifieront l’ensemble des charges qui pèsent sur lui. Après plusieurs mois d’instruction de ces magistrats spécialisés, il sera très probablement jugé componen une cour d’assises spéciale, c’est-à-dire uniquement composée de magistrats, sans jurés. Il risque la réclusion criminelle à perpétuité.

Salah Abdeslam, assisté d’un avocat, devrait être présenté à united nations juge belge, après plusieurs soins hospitaliers (il a été blessé à la jambe) et une garde à vue d’une courte durée – elle est limitée à vingt-quatre heures en Belgique, contre six jours en France en matière terroriste.

Il cite l’exemple de Mehdi Nemmouche, auteur présumé de l’attentat du Musée juif de Belgique en mai 2014, dans lequel quatre personnes sont mortes. Après boy arrestation en France, la justice belge a demandé boy extradition, que la justice française a accordée.

L’avocat belge Sven Marty a componen ailleurs confirmé à L’Express.fr avoir été contacté componen une personne de l’entourage proche de Salah Abdeslam et pourrait le défendre.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *