Sud Ouest

La rédaction vous conseille

Trois militants antitaurins ont pris par surprise le service d’ordre des arènes de Dax, ce samedi soir, en faisant irruption dans le ruedo, un quart d’heure après le coup d’envoi de la première corrida de la feria, consacrée à un lot de toros de Domingo Hernandez. Le maestro El Juli venait à peine de mettre à mort son premier toro quand ces débordements spectaculaires et plutôt rares en France ont eu lieu.

L’action n’a duré que trois à quatre minutes à peine, mais elle a jeté un froid sur les arènes dacquoises. L’un des militants, assez vigoureux, a été plaqué aux mollets avant d’être malmené et brutalisé gratuitement par un peon. L’autre qui était casqué, grimaçait de douleurs après s’être blessé lors du saut. Le parquet a confirmé après la fin de la corrida qu’ils s’étaient blessés tous les trois à la cheville et aux genoux.

Convoqués devant la justice

Les trois militants ont été ensuite évacués des arènes, menottés et escortés par des agents de la police nationale. Aucun autre incident n’a émaillé la suite de la soirée. Les trois militants ont été entendus samedi soir, puis laissés libre.

Membres d’un collectif baptisé Vegan strike group, les deux jeunes hommes et la jeune femme de ce véritable commando ont réussi à s’introduire en bonne place dans les gradins sans éveiller les soupçons, attendre avant d’agir de manière coordonnée. Ils ont alors sauté de plus de 3 mètres et couru sur la piste en criant des slogans opposés à la corrida. Ils ont été stoppés et maîtrisés par des employés des arènes ainsi que par des ganaderos (représentants des élevages) et peons (employés) des matadors qui étaient dans le callejon. Tous les trois portaient des inscriptions sur leurs corps hostiles à la tauromachie qu’ils ont révélées en enlevant leurs tee-shirts dès qu’ils ont touché terre.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *