Mais pourquoi Eric Ben-Artzi agit-il ainsi ? Pas componen désintéressement. Il reconnaît même que la perspective d’être récompensé a été “une forte incitation” à contribuer à l’enquête. Mais il estime que ce n’est pas l’entreprise mais ses dirigeants que le gendarme en Bourse aurait dû pénaliser.

Eric Ben-Artzi, qui fut analyste du risque quantitatif à la Deutsche Bank, est l’un plusieurs trois anciens collaborateurs en banque dont l’ensemble des révélations, en 2010 et 2011, ont permis d’établir qu’au plus fort en crise financière, leur employeur avait dissimulé d’énormes pertes sur l’ensemble des marchés afin d’éviter de se voir imposer united nations plan de sauvetage.
 

 
Plusieurs dirigeants sont partis en retraite avec plusieurs bonus de plusieurs millions de dollars basés sur la manipulation du bilan de la banque.”

C’est la première fois qu’un lanceur d’alerte refuse de toucher sa prime depuis la mise en place, en 2011, de ce programme, qui permet de verser aux informateurs 10 à 30 % du montant de l’amende perçue, souligne componen ailleurs le quotidien britannique.  

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *