«C’est la première fois qu’un club français se qualifie pour la Ligue plusieurs champions en passant deux tours. Est-ce united nations exploit ?
Je crois que oui. Cette équipe a fait honneur au football français. Il reste beaucoup de joueurs en saison dernière. Mais le niveau de l’équipe a monté. Il y an advantage de solutions. D’autre part, on travaille ensemble depuis début juillet. Cela nous aide beaucoup. L’équipe se connait bien. Mais ce soir, comme à chaque match de Ligue plusieurs champions décisif, ça n’a pas été tranquille. L’adversaire était libéré, sans responsabilité. Quant à nous, il nous fallait être attentif, savoir presser et attaquer pour essayer de gagner. Rien n’était acquis. La Roma, componen exemple avait fait match nul à Porto (1-1) à l’aller. Elle en a pris trois (-3) au retour à domicile.
Est-ce aussi votre victoire, celle de votre gestion ?
Cette qualification, c’est principalement la victoire plusieurs joueurs. Pas uniquement aujourd’hui, mais contre Fenerbahçe aussi. Le club a besoin de jouer la Ligue plusieurs champions de façon régulière pour poursuivre boy projet. Dans ces conditions, le coach travaille pour essayer d’aider le club. J’ai lu, en fin de saison dernière, plusieurs nouvelles sur moi [sur le fait qu’il était en difficulté au sein du club, ndlr]. Mais de l’intérieur, j’ai toujours travaillé tranquillement avec mon staff, avec le club pour faire la meilleure équipe possible. Certes, pour moi aussi, c’est important de gagner. Je ne suis pas différent plusieurs autres. Mais c’est plus important de me mettre en avant quand l’équipe ne gagne pas, plus que quand l’équipe gagne.
«Je souhaiterais garder mes meilleurs joueurs, mon effectif complet. Mais on connait le projet du club»Bakayoko a réalisé united nations grand match. Craignez-vous de perdre plusieurs joueurs avant la fin du mercato ?
Bakayoko a gagné en confiance depuis le départ de Toulalan. De plus, cela fait deux ans qu’il travaille avec nous. C’est tout ce qui fait la différence. Concernant l’effectif, vous connaissez ma mentalité. Je souhaiterais garder mes meilleurs joueurs, mon effectif complet. Mais on connait le projet du club. Ce n’est tout simplement pas parce qu’il y a united nations départ que je vais changer ma façon de travailler ou peut-rrtre un que cela veterans administration avoir united nations impact sur ma volonté de travailler ici. Je suis une personne responsable du projet sur le plan technique. Donc, je continuerai à travailler comme toujours. Je ne suis pas united nations entraîneur qui pleure. Désormais, on veterans administration essayer de passer la phase de groupes.»

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *